Top 10 des absurdités de LRDP et J. Grimault

Après avoir montré que Jacques Grimault fait de la numérologie, je propose de montrer que c’est un charlatan.

Un charlatan est une personne qui pratique l’imposture, ou un jeu de dupes envers autrui, grâce à des trucages, des déformations de la réalité (par exemple via l’exploitation de biais cognitifs), ou des falsifications, en vue de gagner sa confiance, généralement pour obtenir de l’argent ou tout autre avantage.

jeux de mots grimaultNous allons pour cela regarder quelles sont les conséquences aux théories proposées dans le film et ailleurs, ainsi que les propositions étonnantes qu’on nous invite à suivre.

Je vais aller à l’essentiel parce que cette mascarade m’a déjà pris assez de temps. La démarche est simple : il s’agit d’opposer à l’improbabilité supposé de la théorie officielle, l’improbabilité des conséquences inévitables de LRDP. A partir de là et de l’ensemble des infos déjà données, je pense qu’on aura largement fait le tour de la question.

D’un coté, le film nous suggère de voir que des constructions anciennes sont incroyables, que certaines relations mathématiques apparaissent et ne sont pas là par hasard. On cherche à nous convaincre que la théorie officielle est fausse car elle ne colle pas à certains « faits ». La première chose qu’il faut rappeler c’est que les « faits » ne sont pas présentés par LRDP de manière neutre.
JG refuse de donner ses sources ou de publier ses travaux. Il a récemment été interviewé par la TeB sur ses méthodes, et n’a fourni aucune réponse. Au contraire, on l’a vu s’égarer dans des délires new age.

J’ai également eu l’occasion de dire dans les commentaires que les choses « incroyables » le sont selon l’angle de vu du film et sont loin de correspondre à une réalité. Le mensonge par omission est très fréquent et de nombreuses remarques peuvent être balayées par un travail de recherche sur le sujet. Ce qui peut nous étonner au premier abord, sera finalement compréhensible et la numérologie a été discuté dans l’article précédent.

Pour remplacer cette histoire classique présentée comme improbable, issue selon eux de dogmes et de mensonges, voire même de complots, on voudrait proposer une explication qui cadrerait davantage avec les « faits » observés et serait donc plus probable. Regardons cela de plus près.

 

TOP 10 de ce qu’il faut être prêt à accepter si on accorde du crédit à LRDP :

Vous avez vu le film, je ne vais pas le résumer. Par contre je vais faire des déductions et me servir d’affirmations publiques assumées par JG ou PP :

LRDP

Voici pour commencer des propositions liées directement au film.

  • 1 : Le mètre était connu plusieurs millénaires avant son invention officielle.

La narratrice du film rappelle à ce sujet que :

D’où venait alors notre mètre? Se pourrait-il qu’on l’ai discrètement transmis au cour des âges? En posant cette question, je me retrouvais propulsé en pleine histoire de confréries secrètes possédant un extraordinaire savoir qu’elles auraient distillé aux cours des âges… je ne me sentais pas très à l’aise avec tout ceci.

Bah oui… et c’est pas parce qu’on en parle plus ensuite que ça ne reste pas au cœur du débat. Je ne me sens pas du tout à l’aise avec ceci.

C’est une vision complotiste de l’histoire qu’on nous propose ici !

Petit rappel sur l’origine du mètre dans cette excellente vidéo de scilabus.  Jusqu’à l’incertitude sur la mesure originale, tout colle dans la théorie officielle. Ce qui est loin d’être le cas avec la vision de JG. L’argument du pyramidion s’effondre, et la numérologie a ses limites.

  • 2 : LRDP manipule son auditoire, rejette les critiques mais prétend révéler la vérité.

LRDP prétend montrer des faits et vous laisser chercher. En réalité les faits sont biaisés, et présentés sous un angle de vue très particulier.
Toute la dynamique du documentaire est manipulatoire et il est important de le souligner.
Il est aujourd’hui largement prouvé que LRDP trompe son public en passant sous silence les découvertes récentes, en pratiquant la numérologie, en déformant la réalité.
Mon témoignage peut intéresser ceux qui doutent :
J’ai observé LRDP, j’ai été séduit. J’ai vérifié. J’ai trouvé des choses qui fonctionnait plus ou moins bien, j’ai trouvé ça joli. Puis j’ai découvert certaines choses qui n’allaient pas, puis d’autres. Puis de plus en plus. Et c’est finalement toute la thèse qui ne reposait plus que sur quelques approximations qu’on peut tout à fait accorder au hasard.
Quand j’ai fait part de mes objections, on a d’abord tenté de m’embrouiller en complexifiant les termes, on m’a aussi sorti des excuses foireuses pour ne pas répondre. Enfin on m’a répondu plus sèchement et j’ai progressivement compris à qui j’avais affaire.
Nous sommes un bon nombre de sympathisants qui avons été censurés, raillés, tournés en dérision, dès que nous avons abordé les questions qui fâchent ou montré des incohérences.

Quelques exemples frappants de tromperies :
la précision annoncée :

L’arrangement des valeurs :
en plus de mon article précédent :

L’entêtement dans l’erreur :

Selon JG, l’équateur penché est un ensemble de sites qui se trouvent à 10 000km du centre d’oscillation du pole géomagnétique terrestre. Sauf que ce pôle n’est pas là ou JG voudrait qu’il soit et n’est jamais descendu à une latitude aussi éloignée d’un pôle lors des périodes stables.

Il se trouve actuellement à une latitude de 80°. Par définition, le nord de l’équateur penché à 30° par rapport à l’équateur terrestre, se trouve lui à 60° de latitude (90- 30 = 60). La longitude ne correspond pas du tout non plus, mais concentrons nous déjà sur la latitude pour voir que c’est du grand n’importe quoi.
Si je suis l’affirmation de JG, on aurait un centre d’oscillation à 60° ! On s’accorde pourtant à dire que le centre d’oscillation est le pole géographique, soit 90°, et lié à l’axe de rotation terrestre, ce qui a bien plus de sens d’un point de vu physique et correspond bien davantage aux observations.
D’ailleurs, si on a un centre d’oscillation à 60° et qu’on est aujourd’hui à 80° soit 20° de plus, ça veut dire qu’on pourrait envisager un pole oscillant également à 20° de moins soit 40°(pour avoir une moyenne à 60).
Là ou n’importe qui verrait son erreur, JG persiste et signe.

perceval nord

La définition même de l’équateur penché se base sur une immense connerie. Comment donner du crédit au reste ?

  • 3 : L’ile de pâques a été créée de manière artificielle.

Selon les auteurs de LRDP, l’ile de pâques ne peut pas se trouver là par hasard. (soit disant ile la plus isolée, ce qui est faux d’ailleurs).

En effet, si Gizeh est le centre des terres émergées, et que l’île de pâques est située à 16180m de celui-ci sur l’équateur penché, il a bien fallu placer cette île là où il fallait pour faire apparaître phi.

Cette déduction est confortée par d’autres affirmations de JG sur la forme de l’île, dont la géométrie serait particulière et ainsi de suite. Donc l’ile a selon lui été crée de toute pièce, ainsi que modelée.

Il leur arrive de reconnaître cette affirmation lors de conférences ou interview.

Bien entendu ça ne colle en rien avec la géologie mais bon, c’est de la science officielle, c’est le mal, donc de ce coté là y’a une cohérence.

  • 4 : Il existe une civilisation inconnue, celle des bâtisseurs…

Les bâtisseurs restent quelque chose d’assez vague dans le film. On admet leur existence mais on se garde bien d’en dire davantage par crainte de passer pour des illuminés.
Les bâtisseurs seraient quand même capables de, entre autre :

– Aligner des sites à l’échelle mondiale.
– Créer une ile.
– Cacher du savoir, des unités de mesures (mètre, seconde), pendant des millénaires avant de le faire adopter par l’ensemble de l’humanité.

La mauvaise foi est à son comble, quand on met JG ou PP face à ce lien entre les bâtisseurs du film et une civilisation disparue, ainsi que l’ufologie. Les deux compères sont outrés et prétendent n’avoir jamais parlé de ça.

Pourtant si on creuse, on voit vite que c’est bien de ça qu’il s’agit, sans ambiguïté dans leurs propos :

Ou encore une fiction de Patrice Pooyard, extrait :

« je vais reprendre ce futur hypothétique, là où je l’ai laissé, et poursuivre mes spéculations imaginaires.

Une dizaine de milliers d’années s’est écoulée sur la Terre. Cette nouvelle civilisation Humaine est maintenant planétaire.

Elle s’est développée grâce à l’énergie solaire, car les ressources en énergie fossile sont très restreintes.

Elle observe l’Univers à l’aide de télescopes et se demande si elle est seule tout en n’y croyant pas. Elle rêve de poser le pied sur la lune.

Elle vient juste de maîtriser l’atome.

C’est alors que peu à peu dans le ciel, d’étranges choses se passent.

On rapporte des observations multiples d’objets volants, d’atterrissages… des articles de journaux montrent des photos, des témoins racontent, mais les gouvernements, trop occupés à guerroyer entre eux, étouffent l’affaire et maintiennent le secret absolu, par peur d’avouer leur infériorité technologique, et l’impossibilité de contrôler ces objets volants qui survolent même les bases militaires secrètes.

Notre monde étant hiérarchisé par la force, le plus puissant technologiquement le contrôle. Nous ne sommes pas de taille.

Alors le phénomène est nié, tourné en ridicule. On parle de petits hommes verts, de Martiens, de Vénusiens et de toutes sortes de créatures gélatineuses, à bord d’assiettes volantes, et dont le seul souhait est notre extermination.

Mais en réalité, là-haut, dans ces assiettes volantes, se trouvent des ingénieurs, des scientifiques et des chercheurs.

Pas des petits hommes verts, ni encore moins des petits gris…

Non, il s’agit seulement de nos descendants, qui reviennent, comme nous l’avions planifié des millénaires plus tôt, pour enclencher la troisième phase du plan : celle dans laquelle l’Humanité se voit offrir le choix de devenir adulte. »

Non mais Patrice, y’a un moment, faut assumer ses convictions et leurs conséquences, et pas les déguiser en fiction ou en « spéculations imaginaires ».
Les bâtisseurs, si c’est pas les égyptiens, il va bien falloir les définir.

De ce qui a fuité, ce serait nos ancêtres, qui se promènent mais pas trop loin en vaisseaux spatiaux (d’où les ovnis), on sait pas trop où ils crèchent exactement. Ils viennent nous voir de temps en temps pour nous aider à construire des trucs et nous apporter leur précieux savoir qu’on serait incapable de développer par nous-même.
Cool story bro’

  • 5 : Des cataclysmes se produisent par cycles, en lien avec la précession des équinoxes. (déluge ou destruction par le feu)

Cette hypothèse est donnée par LRDP, et voudrait donner du sens à certains textes anciens.

Ce passage est une série d’affirmations sans fondements qui tentent maladroitement de donner du sens à des mythes. Seulement, où sont les faits, les preuves matérielles pouvant rendre compte d’une destruction régulière ?
Une destruction par l’eau, ou par le feu, ça laisse des traces. Attention, on sous-entend ici la mise en péril d’une civilisation mondiale, donc pas juste un petit tsunami.

Il y a eu par le passé des alternances de périodes glaciaires et interglaciaires, il existe même une théorie astronomique des paléoclimats. D’une part, il s’agit seulement d’une théorie et qui ne s’applique aucunement au cycle actuel. D’autre part, elle ne parle pas de destruction par l’eau ou le feu, mais de variation progressives et lentes de la température moyenne, en lien aussi notamment avec le taux de CO2.
On peut en profiter pour rappeler que les variations climatiques actuelles liées aux GES, sont essentiellement dues aux activités humaines, et n’ont donc rien à voir avec un cycle astronomique quel qu’il soit.

Concernant le champ magnétique, il n’a pas de cycle régulier bien défini et ce qu’on peut affirmer avec certitude, c’est que ses inversions ne suivent pas du tout la « précession des équinoxes ». La dernière inversion remonte à 780 000 ans.
De la même manière que les astrologues veulent faire croire qu’il existerait un lien entre la position des étoiles le jour de notre naissance et notre caractère, ou encore avec ce qui va nous arriver dans la journée, JG tente de donner un lien physique avec le champ magnétique terrestre et des cycles de destruction. Sauf que non, dans un cas comme dans l’autre, ça n’a aucune base scientifique.

Notez comment on bascule dans la peur, et comme JG se présente en unique sauveur de l’humanité, le tout parfaitement assumé, mais qui prend son temps, pour pas trop nous choquer quand même. Poursuivons de voir à quoi ressemble notre messie autoproclamé.

JG (suite de LRDP)

Je poursuis la liste avec des éléments observés dans les conférences, publications ou interview de JG ou PP, qui constituent parfois la suite prévue pour LRDP.

  • 6 : Il existe des méta-machines, dont la pyramide fait partie.

Cette théorie voudrait faire croire que la pyramide ainsi que d’autres édifices monumentaux ont des fonctions cachées : armes, production d’énergie, bienfaits thérapeutiques, et autres délires ésotériques.

gizah powerplantC’est largement assumé par JG, qui en parle ouvertement. Christopher Dunn (le type qui prétend que les statues pas tout à fait symétriques ont été faites à l’aide de machines), une des références de PP, a également soutenu ce type de théorie.

Voici par exemple un de ses bouquins, c’est sans ambiguïté.

Dans l’extrait vidéo que vous trouverez sur ce lien, on nous dit carrément que la pyramide va « stabiliser la mouvance des continents. »

Rien que ça…

C’est bien joli de faire le cake en balançant des termes physiques à la pelle, sauf qu’ils ont un sens ces termes et on observe ici des confusions assez amusantes :

– « Le soleil fait augmenter de volume la masse de la grande pyramide à cause de la chaleur. » Non, la masse ne change pas.
– L’effet piézoélectrique au cœur de la pyramide est censé produire une ondulation électrique, dont on dit plus tard qu’elle est « somme toute statique ». Faudrait savoir… toute cette partie sur l’électricité que serait censée produire la pyramide, également à l’aide des vents ionisés est une sacré fumisterie, tout comme la partie sur les ondes et leur séparation.
L’énergie solaire est qualifiée de « mécanique ». Non.

Le nombres d’absurdités qu’on veut faire passer pour des réflexions intelligentes dans cette vidéo est suffisamment élevé pour discréditer celui qui les profère.

  • 7 : Il existe des messages cachés dans les textes sacrés, cabale et hermétisme.

jeux de mots grimaud

Cette photo n’est pas un truquage. Selon JG on a par exemple la preuve que les parisiens sont des descendants des égyptiens, parce que « par isis ».

Jeux de mots, Grimault !
L’ensemble de ses conférences montre comment il joue sur les mots, aussi bien que Ramucho dans le bigdil.

  • 8 : JG s’approprie des hoax notoires. (lune, géants, …)

JG n’hésite pas à commenter très sérieusement des vidéos ou images connues pour être des montages, parfois reprises par des conspirationnistes de bas étage.

Ces vidéos parlent d’elle-même :

Peut-on raisonnablement ne pas voir que c’est un charlatan ? C’est même pas subtil ou bien douteux comme pourrait l’être LRDP, là c’est du flagrant délit de bêtise.

  • 9 : JG assume des théories new-age invraisemblables.

Le coup des bébés dont la masse ferait pi kilogramme et la taille une coudée est un bon exemple :

Faut vraiment expliquer que ça colle pas du tout et que c’est du grand n’importe quoi ? Parce que si oui, c’est que vous avez envoyé chier tout sens logique.

  • 10 : JG remet en cause la science sans en maitriser les principes.

La prétention de ce mec est juste magique.

JG prétend révolutionner les mathématiques, la physique, la biologie, l’histoire, la manière d’appréhender les langues, etc.

Ce sont des pans entiers de savoir que JG remet en cause. Les affirmations ahurissantes lancées en l’air sans jamais démontrer quoi que ce soit sont nombreuses et concernent pratiquement tous les domaines.

J’ai déjà discuté dans un des points précédents des confusions qu’il fait sur les termes ou les concepts de science physique.
Voici quelques autres perles « scientifiques » de JG :

 

L’émission de la tronche en biais, avait pour but de questionner JG sur sa méthode, beaucoup n’ont pas compris la démarche. Voici un article qui la précise et permet d’interpréter différemment ces deux heures d’un apparent dialogue de sourd.

En réalité ce sont les esquives systématiques de JG et son refus de communiquer sur sa méthode qui ont empêché toute discussion.
Au final on se rend compte que ses méthodes n’ont rien de scientifique, et qu’il refuse de publier ses sources ou ses mesures. Ses excuses de « droit d’auteur » sont d’ailleurs complètement ridicules et inappropriées.
Il nous a tout de même gratifié de passages assez magiques comme celui sur Darwin :

Conclusion :

Je n’ai fait ici que reporter les idées avancées par Pooyard et Grimault ou déduire de ces idées des conséquences logiques qui les accompagnent nécessairement et qu’on est bien obligé de prendre en compte si on veut donner du crédit à l’ensemble. Et visiblement, c’est de la foutaise.
Là ou le film reste volontairement très évasif, il est nécessaire de montrer les implications que refuse d’admettre Patrice.

Il me semble que cette différence s’explique par le fait que les deux protagonistes n’ont pas le même public cible :
D’un coté PP fait très attention à rester évasif, à filtrer tout ce qui ferait new age débile, ufologie assumée et ainsi de suite, pour séduire un public très large. D’où le succès massif de LRDP, en plus du fait que l’histoire racontée est jolie, tout comme sa mise en scène et les prises de vues qui l’illustrent.

De l’autre côté, Grimault ne s’embarrasse pas de ce genre de considérations et va au bout de ses idées pour satisfaire le public de ses conférences, qui sont parfois des amateurs d’ufologie, des complotistes et amateurs de paranormal.

J’avais affirmé montrer que JG est un charlatan. On a vu de l’imposture, du jeu de dupes envers autrui, grâce à des trucages, des déformations de la réalité (par exemple via l’exploitation de biais cognitifs), ou des falsifications (recours aux hoax), en vue de gagner sa confiance. Bref l’essentiel de la définition est bien là.
Je n’ai pas montré que le but était d’obtenir de l’argent ou tout autre avantage, mais tout le merchandising qui s’organise autour de l’énorme buzz créé par le film n’est pas anecdotique. Le financement participatif pour la suite de LRDP a par exemple récolté à ce jour 85 000€.
Un business « LRDP » se met en place, et c’était sans doute le but initial comme le dit JG :

Patrice m’a dit, « mais ça, c’est la poule aux œufs d’or. C’est un truc génial. Si tout le monde connait ça, ça va faire un truc gigantesque ».

Encore une fois, qu’on fasse son beurre sur des œuvres cinématographiques de fiction en lien avec le paranormal, ça ne me pose aucun problème. C’est prétendre révéler la vérité et tromper son monde qui me dérange.

Trouver les failles et les abus de LRDP a été un merveilleux exercice d’entrainement pour aiguiser sa rigueur intellectuelle. JG étant ainsi le boss final des théories foireuses qu’on trouve sur Internet, dans la lignée des chemtrails, pyramides de Bosnie, Ovnis, illuminatis, et autre énergie libre.

Merci à « la révélation de gollum » qui m’a permis d’utiliser ses illustrations et extraits vidéos, d’une puissance de démonstration redoutable.

Merci également aux nombreuses personnes avec qui j’ai pu échanger et qui se reconnaitront.

78 réflexions au sujet de « Top 10 des absurdités de LRDP et J. Grimault »

    • Je vous vois poster un peu partout pour dénoncer l’arnaque que représente LRDP et Grimault, très bien, nous pourrons nous entendre là dessus.
      En revanche, s’il s’agit de proposer vos théories à la place de celles de Grimault, je ne trouve pas qu’elles soient beaucoup mieux.

        • Qu’elles soient grossières ou non, les affabulations de Grimault, notamment présentées dans LRDP, sont convaincantes et ont reçu un accueil favorable d’une large partie du public.
          Il est donc nécessaire je pense, de ne pas se contenter de dire « c’est de la merde », mais bien d’apporter les preuves que ce sont des affabulations et que ce personnage n’est pas ce qu’il parait.
          Il faut accompagner le public dans sa compréhension du sujet et pas le prendre de haut parce qu’il peut avoir été manipulé par une théorie plus ou moins bien construite.

          • Faudra des sources sur le « large public » qui donne un accueil favorable, tout comme vous en demander sur le fait que « LRDP » c’est de la merde.

            Merci Aurevoir.

          • J’ai l’impression que vous avez compris mon commentaire à l’envers, mais je me trompe peut être.
            Personnellement je ne demande plus de sources pour confirmer que « LRDP c’est de la merde » depuis un bon moment car j’en ai obtenu énormément. J’y ai même contribué.
            Et je maintiens que LRDP est un outil de manipulation redoutable, et que le déclin de l’éducation à la rigueur scientifique pour la majorité de la population lui donne un terrain favorable.

  1. Ping : Ressources critiques au sujet de « La Révélation des Pyramides »

  2. Bonjour Mr Web,

    Je constate un grand changement entre vos premiers articles et celui-ci, on passe d’un Grimault brillant aux connaissances très larges y compris en maths, au charlatan qui voudrait se faire du fric en trompant son public. Personnellement, j’ai procédé à des vérifications comme vous et je n’en tire pas de conclusion tranchée. Je me dis que si des gens veulent booster le tournage des prochains opus par une généreuse participation financière, nous pourrons vérifier plus vite la suite tant attendue, car le décryptage actuel reste finalement basé sur peu d’éléments, si l’on en croit biensûr les promesses de Mr Grimault !

    Je note également que vous vous inscrivez dans un rejet semble-t-il assez radical des « théories du complot », vous citez même les « OVNI » comme « théories foireuses qu’on trouve sur Internet », sans parler du fait que ces « OVNI » constituent actuellement 10 et 20% des objets volants répertoriés dans le ciel par des organismes comme le GEIPAN, sans parler de ceux observés dans l’espace par des astronautes, ou dans les océans. Vous pourriez aussi évoquer les théories autour du 11 septembre 2001, l’assassinat de Kennedy et tant d’autres. Êtes vous bien sûr que tout ceci est foireux?
    Permettez-moi d’émettre certains doutes, l’ufologie en particulier est un terrain propice à de nombreuses révélations troublantes et de plus en plus fréquentes, de chercheurs, militaires et autres lanceurs d’alerte. J’en ai compilé près de 200 de première main, les derniers obtenus sur lit de mort, de la bouche de retraités qui sentent la fin venir, ou qui ont dépassé la durée d’engagement de confidentialité, pour ne citer que le dernier en date (j’ai tous les autres sur un fichier open source): http://www.express.co.uk/news/weird/644284/Whistleblower-to-blow-lid-on-1000s-of-UFO-files-including-Rendlesham-case

    Peut-on jeter le bébé avec l’eau du bain, parce que cela semble être la règle dans les grands médias, et dernièrement le mot d’ordre de la ministre de l’Éducation nationale? Le mot « complot » devenant « politiquement incorrect, antisémite et fasciste » faut-il pour autant abandonner toute recherche rigoureuse de la vérité, faire confiance sur parole aux autorités, et se dire qu’il n’y a aucune rétention majeure d’informations, aucun grand mensonge et pas de complot digne de ce nom? Je ne crois pas.

    Vous citez également les illuminatis en théories foireuses, quid des projets de gouvernance mondiale ? J’aimerais vous entendre commenter ce que disait par exemple Philippe de Villiers ici: https://www.youtube.com/watch?v=gNoGp35qLHc
    Il ne parle pas d’Illuminatis mais son propos n’en est pas très éloigné, alors où se trouve le réel? Que savons-nous vraiment?

    Je vous questionne plus largement sur ces sujets car je pense qu’il y a une question de paradigme, dur d’accepter des idées nouvelles lorsqu’on reste attaché à des croyances anciennes. Avez-vous étudié l’histoire des sciences à la fac, en licence ou ensuite ? Moi oui et elle est riche d’enseignements, vraiment, regardez le temps qu’il a fallu pour reconnaître des « évidences » comme la chute de météorites, les foudres en boule, la dérive des continents, la relativité du temps, l’indéterminisme microscopique et tant d’autres concepts issus de recherches en physique quantique, médecine, biologie et ailleurs.

    Je pense que vous commettez des erreurs de jugement, mais nous y sommes tous exposés et ce n’est au fond que mon opinion. Je salue malgré cela votre travail et vous encourage à poursuivre vos questionnements, recherches et vérifications. Vous avez le mérite d’alimenter intelligemment un grand débat et je dirais que votre rôle est d’utilité public. Vous pourriez bien avoir d’autres séries d’articles à publier d’ici la fin d’année, qui sait…

    Dans l’attente je vous salue cordialement et vous souhaite bien du courage dans votre rôle d’enseignant,
    Ted.

    • Merci pour ce retour de connaisseur 😉 .

      En fait j’ai exprimé ici une conviction que j’ai développé à l’égard de Grimault depuis que j’ai commencé à le suivre, échanger avec lui et que j’ai pu le connaitre un peu plus.
      Les nombreuses preuves que je donne ici ont progressivement fait évoluer la conviction en certitude, je ne pense pas que son cas fasse encore débat aujourd’hui, c’est pourquoi je me suis permis une publication aussi tranchée. Le décalage avec mes tous premiers articles est le reflet d’une naïveté et d’un manque cruel de culture sur le sujet à l’époque.
      Je me suis rendu compte que de nombreux arguments pour lesquels j’avais fait confiance à LRDP m’avaient été présenté sous un certain angle qui ne présente pas de manière fidèle l’ensemble des découvertes en archéologie.
      Il faut pour cela aller au bout des sources, et lire celles des uns et des autres.

      Je ne reproche pas à JG ou PP de vouloir vivre de leur activité mais de propager des contre-vérités et pour JG d’avoir des prétentions ridicules.

      Par rapport à ma position radicale contre ce que j’appelle des théories foireuses, ça tranche également avec la tolérance que j’ai montré jusqu’ici.
      En fait, ce qui selon moi permet de remettre en question une idée communément admise doit pouvoir se baser sur des preuves solides.
      Par exemple, quand on vient affirmer qu’il existait des géants, en se basant sur des montages photo grotesques, c’est ridicule.
      De même, si on prétend que l’homme n’a pas été sur la lune, ou que le 11 septembre est une attaque sous faux drapeau avec des explosifs dans les tours, il faut pouvoir le prouver sérieusement. Ici JG réutilise un clip vidéo datant de 2001 et affirme que ce sont les images d’origine de l’alunissage, encore une fois c’est grotesque.

      Alors j’ai généralisé aux OVNIs, peut être un peu rapidement, mais pour moi il n’y a aucune preuve tangible de contact établi avec une civilisation extra terrestre.
      Vous parlez du fait que ces « OVNI » constituent actuellement 10 et 20% des objets volants répertoriés dans le ciel par des organismes comme le GEIPAN, mais ce n’est pas correct ! Ce sont 10 à 20% des phénomènes reportés au GEIPAN (donc des OVNI déclarés et qui représentent une infime part des objets volants !) qui finissent par être effectivement classés en tant qu’OVNI. Donc pas du tout 10 à 20% des objets volants, mais une portion infime de ceux ci !

      La problématique de la gouvernance mondiale mériterait un long développement, mais globalement, ce que je pense c’est que le capitalisme mondial et ses dérives est mené par l’ensemble de l’humanité.
      C’est un phénomène dont la puissance est transversale et pas pyramidale. Il ne suffit pas de couper une tête pour y mettre fin, c’est un problème idéologique.
      Chaque acteur, quel que soit son niveau de pouvoir peut nourrir le système capitaliste.
      Je pense que les actions et convictions individuelles sont induites par une propagande médiatique orienté par ceux qui possèdent les médias et défendent une certaine vision des choses (incitation au libéralisme économique, à la dérégulation des marchés et du travail, etc.). Si on permet comme en France à très peu d’individus de posséder énormément et de se servir de leur pouvoir pour asseoir leur dominance, oui c’est tout à fait possible qu’ils le fassent.
      Il existe également des lobbys de différentes nature qui défendent leurs intérêts et pèsent lourdement sur les décisions politiques et c’est un vrai problème. C’est tout de même assez différent que d’affirmer que des petits groupes d’individus complotent façon bilderberg fantasmé en lieu de décision.

      Si tu veux, mes références « anti-système » c’est plus le monde diplomatique, Pierre Carles, Lepage, Lordon que ER, soral, zeitgeist, « on nous cache tout », parce que selon moi certains ont plus de crédit que d’autres et la différence se situe entre autre dans la qualité des sources.

      J’avais évoqué la question de l’énergie libre, un domaine que je maitrise davantage ayant fait des études de science physique, et dans ce domaine je rejette catégoriquement les idées de moteur surnuméraire ou autre fantaisies qui contredisent les principes de la thermodynamique.
      Dans ce cas là je vois plus facilement les manipulations, du coup je me méfie des manipulations dans d’autres domaines.

      J’ai fait un peu d’histoire des sciences, sans doute pas assez. Avoir l’esprit ouvert ne veut pas dire qu’il faut l’avoir ouvert à toutes les bêtises, ça a été mon erreur face à LRDP et j’en reviens.

      Je ne pense vraiment pas reparler de LRDP sur mon blog, il a tellement de choses plus essentielles à mon sens.

      • Je ne vais pas commenter tout ce qui précède, mais m’arrêter sur un point précis qui me chagrine :

        « J’avais évoqué la question de l’énergie libre, un domaine que je maitrise davantage ayant fait des études de science physique, et dans ce domaine je rejette catégoriquement les idées de moteur surnuméraire ou autre fantaisies qui contredisent les principes de la thermodynamique. »

        Je ne dis pas que ces histoire « d’énergie libre » sont valides ou même intéressantes, mon questionnement n’est pas là. Il prétend pointer une incohérence manifeste :

        Une centrale nucléaire, c’est quoi fondamentalement ? Un hoax ?

          • « Dans une centrale nucléaire, on sait d’où vient l’énergie : d’une réaction nucléaire de fission de l’uranium pour la plupart des cas.
            https://www.youtube.com/watch?v=rcOFV4y5z8c
            Où veux-tu en venir ? »

            Que ça ne vient pas d’une énergie externe au moteur, mais interne au moteur. Autrement dit on a bien un moteur « surnuméraire » au sens strict.

            Si c’est possible là c’est donc possible ailleurs.

            Ce n’est donc pas « parce qu’on ne sait pas » d’où ça viendrait que ça vient de nulle part, ça vient, et ça peut venir d’endroits où on ne l’attend pas : de la matière, d’un champ électromagnétique ambiant (naturel), de phénomènes physiques encore inexpliqués etc. Je ne dis pas que c’est le cas pour ces « expériences d’énergie libres », mais j’affirme qu’il est anti-scientifique de rejeter des cas, sous prétexte qu’on aurait pour dogme : « la production d’énergie ne peut pas se faire sans apport d’énergie », ce qui est idiot.

            Indépendamment d’une possibilité quelconque, il existe :

            Le champ magnétique solaire, la lumière solaire, le fait que la terre tourne sur elle-même et soit en mouvement, la matière, les charges électriques etc.

            Rien, absolument rien, n’interdit la production d’énergie a-priori, à partir de ces sources identifiées (et nous savons le faire, les plantes le font, une bobine le fait, une centrale nucléaire le fait…), rien n’interdit la production d’énergie à partir de ces mêmes sources sous des manières inattendues de le faire, et rien n’interdit enfin que cela vienne d’autres sources inconnues à ce jour.

            Enfin donc, si une expérience démontre qu’un dispositif réalise une « énergie surnuméraire », alors c’est l’expérience qui a raison, pas la théorie qui dit que « c’est impossible », ce qui a contrario s’appelle un dogme.

            Ce ne sont pas les théories qui disent ce qui existe, ce qui est, ce qui est possible, c’est l’expérience. L’expérience a raison contre toutes les théories. Les théories sont là comme des essais pour donner un ordre à ce qui semble se répéter conformément à des principes, mais ne restent que des appuis temporaires du réel.

            Le réel est autre chose que les concepts qui tentent de le décrire. Et ceci, fondamentalement, parce que les concepts qui tentent de décrire le réel, en font partie, n’en sont qu’une sous-partie. Cette sous-partie ne saurait donc être le tout.

          • ben non, c’est pas surnuméraire !
            Le rendement d’une centrale thermique c’est de l’ordre de 40% ou moins. (ce que sont grossièrement les centrales nucléaires actuelles).

            C’est justement le problème avec tout se qui se réclame de « l’énergie libre », ils prétendent faire de l’énergie à partir de rien.
            Il ne suffit pas d’avoir un champ magnétique ou gravitationnel.
            L’énergie ce n’est pas juste une force, c’est une force qui se déplace (travail).
            Bref regardez ça, on gagnera du temps :
            https://www.youtube.com/watch?v=th5EL-KJ2Lw

          • « Que ça ne vient pas d’une énergie externe au moteur, mais interne au moteur. Autrement dit on a bien un moteur « surnuméraire » au sens strict.

            Si c’est possible là c’est donc possible ailleurs. »

            une centrale nucléaire consomme du combustible nucléaire ( de l’uranium ) pour fonctionner . Ce n’est pas « une boite magique » qui produit de l’énergie .
            schéma simplifié pour comprendre : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/71/Sch%C3%A9maMati%C3%A8resRadioactives.svg/690px-Sch%C3%A9maMati%C3%A8resRadioactives.svg.png

          • « une centrale nucléaire consomme du combustible nucléaire ( de l’uranium ) pour fonctionner . Ce n’est pas « une boite magique » qui produit de l’énergie . »

            Oui, alors on a donc une boîte B, qui pour démarrer a besoin d’une énergie de lancement, et qui à la sortie donne une énergie colossale « E » contre une diminution de matière interne négligeable m.

            Autrement dit ce n’est pas en disant que dans la boîte il y a « m » que vous réfutez le terme « surnuméraire », quelle que soit la nature de « m ».

            Car par ailleurs on voit mal comment un quelconque « moteur » existerait sans matière, donc sans « combustible » : le moteur EST le combustible (dans ce cas). Dire que ce qui est dans le moteur provient de l’extérieur du moteur est une tautologie idiote. Bien entendu que tout moteur se constitue à partir d’éléments qui au départ ne sont pas le moteur.

            Sur :

            « C’est justement le problème avec tout se qui se réclame de « l’énergie libre », ils prétendent faire de l’énergie à partir de rien. »

            Ils ne disent « à partir de rien », en tout cas ce n’est pas ce que j’ai vu (et je ne dis pas qu’ils font des expériences sérieuses, mon propos est ailleurs).

            Ils peuvent très bien transformer de la matière en énergie.

            « Il ne suffit pas d’avoir un champ magnétique ou gravitationnel. L’énergie ce n’est pas juste une force, c’est une force qui se déplace (travail). »

            Eh bien !?? Prétendez-vous que la terre qui tourne sur elle même et autour du soleil, baignant dans un champ électromagnétique complexe sur un champ de fréquence très large, ne fournirait aucun « travail » !? Est-ce donc cela que vous affirmez, que la terre serait ainsi en « mouvement perpétuel », en parfaite contradiction avec les principes de la thermodynamique ? C’est quand ça vous arrange alors les principes !?

            J’affirme moi qu’un élément métallique en mouvement au sein de champs magnétiques peut générer un courant électrique récupérable et utilisable, et ceci ne dépend pas de la taille du champ ni de celui de l’élément métallique. Prétendez-vous le contraire ?

            Par ailleurs j’affirme qu’il peut exister d’autres manières que celles qui sont connues de récupérer de l’énergie à partir de la matière d’un « moteur » que celles connues, ainsi que la possibilité de concepts physiques tout à fait différents de ceux qui sont connus, permettant la récupération d’énergie à partir de sources inattendues.

            Prétendez-vous le contraire ? Affirmez-vous que ces possibilités n’existent absolument pas, que la science affirme : non il n’existe aucune autre possibilité d’utiliser l’énergie que celles issues des concepts scientifiques connus à ce jour, et ceci à jamais !?

            Vraiment ?

          • Vu le temps qu’on a déjà perdu ensemble sur l’article précédent, on peut se tutoyer je pense.

            https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie
            ce que j’ai dit ? oui vraiment.
            la manière dont tu le déformes dans tous les sens ? non pas vraiment.

            Si ce n’est pas ce que tu as vu, donne donc un exemple.
            « ils peuvent très bien transformer de la matière en énergie »
            On n’a visiblement pas vu les mêmes exemples, mais je suis curieux.

            Les découvertes scientifiques posent souvent plus de questions qu’elles n’en résolvent, donc loin de moi l’idée qu’il n’y a plus rien à découvrir, bien au contraire.
            Je dis juste que tout ce qu’on trouve sur le net quand on tape « énergie libre », c’est de la foutaise (cf vidéo du comm précédent). Encore une fois, j’attends un contre exemple.

          • « Je dis juste que tout ce qu’on trouve sur le net quand on tape « énergie libre », c’est de la foutaise (cf vidéo du comm précédent). Encore une fois, j’attends un contre exemple. »

            Inversion de la charge de la preuve.

            A : dit l’expérience « E marche », et fournit un exemple.
            B : « ça ne marche pas, car V, sans contre-exemple de V j’attends… »

            N’est pas scientifique, car on ne démontre rien de scientifique avec des mots.

            Ce qui serait scientifique c’est :

            B : J’ai refait l’expérience exactement comme A l’a décrite et je n’obtiens pas le même résultat.

            Ce qui invaliderait « E » et uniquement « E ».

            Donc pour avoir une démonstration scientifique qui affirmerait « V à tous les coups », il faudrait invalider tous les E(x,t) susceptibles d’invalider V.

            Là je peux dire : je ne dis pas que V est faux, mais j’affirme qu’il est faux de dire que V est correct sans vérifier tout E(x,t) qui se présente.

            Mieux, j’affirme : La position qui consiste, les bras croisés, à affirmer des trucs, sans passer par la vérification des E(x,t) est ce qui s’appelle le dogmatisme.

          • Je réagis sur les propos de Galuel car je suis moi aussi passé par un cursus proche du votre Mr web (Licence PC puis Math-Méca) et j’ai étudié beaucoup de prétentions sur les mouvements perpétuels et autres « énergies libres ». Il est clair que dans un système isolé il ne peut y avoir production d’énergie, rappelons le célèbre adage de Lavoisier « rien ne se créé rien ne se perd, tout se transforme » en faite un raccourci de son traité élémentaire de chimie qui avait déjà été évoqué au 5ème siècle avant JC par Anaxagore ! Le 1er principe de la thermodynamique est vieux de 3 siècles et n’a jamais été pris en défaut, ça ne risque pas d’arriver: si un jour une invention « surnuméraire » était divulguée, il ne s’agirait pas d’un système isolé. Peut-être est-il possible de récupérer de l’énergie dans l’infiniment petit par un pont d’Einstein-Rosen quantique? Je l’ai déjà envisagé mais le système serait dans ce cas fermé avec échange d’énergie ce qui ne remet pas en cause le principe de conservation de l’énergie. Ils ont essayé d’en produire au LHC, ces phénomènes sont cependant très dur à maîtriser…

            En outre, vos propos Galuel démontrent une méconnaissance de ce qu’est l’énergie interne U. Une pile est un exemple simple d’un système qui à priori ne reçoit rien de l’extérieur et pourtant produit un courant électrique oui car il y a des réactions chimiques qui sont limitées par la quantité de matière, et produisent un déplacement d’électrons, savez-vous que l’intensité du courant est par définition la dérivée par rapport au temps du nombre de charges q traversant une section, c’est à dire une mesure du débit des charges électriques en mouvement ? Les premières piles étaient des couches de zinc et de cuivre plongées dans du sulfate de zinc et du sulfate de cuivre, savez-vous quel était leur durée de vie?
            De même, l’efficacité d’un réacteur nucléaire dépend de l’apport en combustible pour produire de la chaleur par les réactions de fission, cette chaleur étant réutilisée pour faire tourner des turbines, puis des electro-aimants qui produiront un courant. Lorsque vous affirmez « qu’un élément métallique en mouvement au sein de champs magnétiques peut générer un courant électrique récupérable et utilisable » vous faites référence aux forces de Lorentz, mais renseignez-vous sur les conséquences appelées « courants de Foucault » à l’origine des forces de Laplace, elles produisent un effet de freinage qui s’oppose au mouvement en plus d’une perte d’énergie par effet Joule ! C’est à dire que tout système basé uniquement sur des éléctro-aimants ne pourra pas produire à lui seul une énergie exploitable à l’infini. Alors quand on voit tous ces bricoleurs du dimanche qui tentent de monter de tels systèmes dans leur garage, on aimerait bien leur prouver qu’ils mettent des coups d’épée dans l’eau, cela dure depuis des siècles et ce n’est pas prêt de s’arrêter, si c’est une façon expérimentale pour eux de comprendre les lois de la physique après tout pourquoi pas…

            J’ai eu une conversation avec l’un d’eux qui me parlait des neutrinos, comme quoi ceux-ci pouvaient influencer un champ magnétique et apporter de l’énergie au système… Mais les neutrinos ne sont pas chargés électriquement ! J’apporte plus de crédit à des inventions comme l’E-catalyseur de Rossi et Focardi qui produirait de l’énergie à partir de combustibles de nickel et d’hydrogène, en rejetant des dépôts de cuivre et de fer, bien que là aussi les résultats soient contestés…

            Il faut être très vigilant en matière « d’energie libre » (terme par ailleurs déjà réservé en thermo pour l’enthalpie libre G..), beaucoup de fausses annonces, d’inventions mal comprises ou des charlatans qui abusent consciemment de la crédulité du grand public, cela n’est pas très surprenant.

            Je reste personnellement ouvert aux innovations et j’observe attentivement les avancées dans des domaines comme la « fusion froide » auparavant fortement dénoncée, aujourd’hui réhabilitée par des chercheurs comme Jean-Paul Biberian (retraité de l’université d’Aix-Marseille), il semble y avoir des retombées qui pourraient bien intéresser nos militaires (s’ils ne s’y sont pas déjà penchés…).

            Mais tout ceci est un autre débat !

          • Vos remarques ne sont pas du tout au niveau où je place le débat.

            « rien ne se perd rien ne se crée tout se transforme » très bien.

            Je ne vois rien dans cet axiome qui me semble parfaitement bien établi, qui remette en cause un système produisant de l’énergie utilisable.

            Une centrale nucléaire produit de l’énergie utilisable.

            Une bobine traversant un champ aussi.

            Personne n’a dit que l’énergie ne venait de nulle part, il n’y a que vous qui affirmez des suppositions qui n’ont jamais été données.

            Le terme « énergie libre » fait référence à de la production d’énergie par un système utilisable par une personne, ça ne signifie pas « de rien nous produisons quelque chose ».

            Le fait que vous ne sachiez d’où provient l’énergie ne signifie pas qu’il n’y a pas d’énergie.

            Que vous supposiez par ailleurs qu’il y ait affirmation quelque part de « mouvement perpétuel » là encore est votre supposition sur le sujet, qui n’a rien à voir avec le sujet.

            Oui, une « centrale nucléaire » est une boîte, qui fournit une quantité d’énergie surnuméraire, relativement à l’énergie qui a été fournie pour la mettre en route, et ceci est parfaitement indépendant de l’analyse de ses constituants.

            Que vous vouliez transformer la réalité pour lui faire dire ce qui vous arrange n’y changera rien.

            Que par ailleurs un système ouvert, constitué par une boîte B en mouvement dans un champ fournisse aussi de l’énergie utilisable aboutit à la même conclusion.

            Après si on tient à se tenir enfermé dans un raisonnement donné, avec une conclusion donnée, sans réfléchir, c’est possible, ça ne mène nulle part.

        • Galuel, je crois que tu n’as pas compris ce qu’est un moteur et comment on calcule son rendement c’est pour ça que tu confonds un peu tout.

          D’abord la notion de moteur: un moteur converti une energie (electrique, vapeur, esssence) en force motrice.
          Dans le cas d’une centrale nucleaire, on converti une energie (contenue dans de l’uranium) en une autre plus facile à utiliser. Et dans ce processus de conversion une parie est perdue à cause des pertes.

          L’énergie contenue dans 1g d’uranium est connu en fonction de son poids (comme on connait l’énergie contenue dans 1g d’essence). Mettons que ce soit 100W.

          Avec ces 100w en entrée, cad en brûlant le combustible, une centrale nucléaire produit une énergie électrique d’environ 40W (soit 60w de pertes). le rendement est donc de 40/100= 0.4
          A titre de comparaison un moteur électrique à un rendement de plus de 90% (il transforme 90% d’énergie électrique en énergie mécanique aka « travail »)

          Le principe du moteur surunitaire c’est d’avoir un rendement supérieur à 1, c’est à dire produire plus d’énergie que ce qui est donné comme « carburant » .

          Tu parle d’expérience qui contredirait la physique, mais la physique se base déjà sur l’expérience. Pour valider une théorie scientifique il faut pourvoir la tester et la valider par des résultat mesurés.
          Si un jour un moteur surunitaire devenait une réalité (ce qui est impossible soyons bien d’accord) la science se mettrait à jour car elle est justement le contraire d’un dogme.

          Le cas de la terre ne contredit pas du tout la physique car en fait elle ralenti… Freinée dans sa course par les rares atomes que contient notre univers.

          Tu parles aussi d’une matière inconnue, mais les principes physiques sont universels.
          Ce n’est pas parce que tu trouves une matière hyper dense en énergie, disons l’équivalent du soleil dans 1cm3, que le rendement change. Le rendement c’est le différentiel avec ce qui est contenu dans la matière et ce que tu arrives en « en tirer ».

          • Je n’ai parlé :

            – De rien qui contredirait la physique
            – D’aucune « matière inconnue »
            – A aucun moment je n’ai distingué « moteur » et « carburant » j’ai parlé d’une boîte B, qui pour être construite nécessite E1, et qui produit E2 > E1

            Je cite :

            « Le cas de la terre ne contredit pas du tout la physique car en fait elle ralenti… Freinée dans sa course par les rares atomes que contient notre univers. »

            Je n’ai rien dit concernant « la terre qui contredit la physique »… NON PLUS.

            C’est facile de faire dire n’importe quoi à n’importe qui.

            J’ai dit par contre, ce qui est confirmé par ces dires totalement abscons, et je réitère :

            « si on tient à se tenir enfermé dans un raisonnement donné, avec une conclusion donnée, sans réfléchir, c’est possible, ça ne mène nulle part »

            Il serait bon donc d’essayer de comprendre ce que dit votre interlocuteur avant d’essayer de tenter d’y répondre.

          • « Vos remarques ne sont pas du tout au niveau où je place le débat. »
            Compte tenu de notre échange en page précédente, je trouve cette remarque vraiment savoureuse.

            « Inversion de la charge de la preuve. »
            C’est à celui qui a des prétentions extraordinaires d’en apporter la preuve.
            Surtout qu’ici, il ne s’agit pas vraiment de ça : je te demande un simple exemple, qui permettrait d’éclaircir ton propos.

            « ce qui est confirmé par ces dires totalement abscons »
            Abscons signifie difficilement compréhensible, c’est ce que je pense de tes messages, et certainement pas de celui de doodoms qui est limpide. L’hôpital, la charité, tout ça.

            « Il serait bon donc d’essayer de comprendre ce que dit votre interlocuteur avant d’essayer de tenter d’y répondre. »
            Encore une fois c’est pas un problème de compréhension, bien que ta manière de t’exprimer complique largement les échanges.
            Tu as qualifié une centrale nucléaire de moteur « surnuméraire » au sens strict.
            Il serait bon de lire et comprendre les réponses qui t’expliquent pourquoi c’est n’importe quoi.

            Ce que je te reproche (surtout) c’est de mélanger les termes, et de faire des réponses pompeuses à coté de la plaque. (une centrale électrique n’est pas un moteur, et https://fr.wikipedia.org/wiki/Premier_principe_de_la_thermodynamique)

            « si on tient à se tenir enfermé dans un raisonnement donné, avec une conclusion donnée, sans réfléchir, c’est possible, ça ne mène nulle part  »
            bah oui, personne ne réfléchit par ici, mais vas y continue à nous éclairer de tes merveilleuses démonstrations qui ne sont pas du tout absconses. #ironie

          • « C’est à celui qui a des prétentions extraordinaires d’en apporter la preuve. »

            Je n’ai vu personne ayant de prétentions nulle part. Après on peut toujours dire tout et n’importe quoi à propos de n’importe qui, je ne vois pas en quoi cela démontre une démarche scientifique.

            « Surtout qu’ici, il ne s’agit pas vraiment de ça : je te demande un simple exemple, qui permettrait d’éclaircir ton propos. »

            « Je l’ai donné : une centrale nucléaire.
            certainement pas de celui de doodoms qui est limpide. »

            Qui est abscons.

            « L’hôpital, la charité, tout ça. »

            Tout à fait. Et c’est le genre de propos qui fait bougrement avancer la compréhension !

            « Tu as qualifié une centrale nucléaire de moteur « surnuméraire » au sens strict.
            Il serait bon de lire et comprendre les réponses qui t’expliquent pourquoi c’est n’importe quoi. »

            Je dis et j’affirme que quand l’homme construit une centrale nucléaire il dépense moins d’énergie qu’il n’en reçoit. Et ceci il le fait concernant toutes les sources d’énergie qu’il utilise.

            Confondre ce fait avec l’étude d’un système fermé où les éléments sont connus, pour dire « au sens physique il n’y a pas d’énergie produite, car ce qui est reçu ici provient de là », démontre la parfaite incompréhension du propos.

            Je réaffirme donc ce que j’ai déjà dit :

            Ce n’est pas parce que l’on ne sait pas d’où vient l’énergie, qu’il n’y a pas d’énergie. Autrement dit je n’ai pas besoin de savoir comment ou pourquoi pour constater un fait expérimental.

            « Ce que je te reproche (surtout) c’est de mélanger les termes, et de faire des réponses pompeuses à coté de la plaque. (une centrale électrique n’est pas un moteur, et https://fr.wikipedia.org/wiki/Premier_principe_de_la_thermodynamique) »

            Encore des pinailleries sur des termes au lieu de s’intéresser au sujet.

            Qu’une boîte B produise de l’énergie, que de cette énergie on réalise un travail ou pas, cela ne change pas le fait que d’une construction qui coûte E1, on constate E2 > E1. Qu’alors on se lance dans la construction de systèmes produisant de l’énergie utilisable, à partir de sources connues, identifiées, ou inconnues et non-identifiées, n’est pas difficile à comprendre.

            L’étude de l’Uranium a commencé par un constat, qui ne cadrait avec aucune pré-compréhension des causes.

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Uranium#D.C3.A9couverte

            Croire que l’on sache donc a-priori, concernant toute expérience Exp(x,t) ce qui cause, quels processus permettent, ce qui d’une boîte B, coûtant E1 à construire, et qui produit une énergie E2, que cela vienne de ses constituants, de leurs masses, d’autres caractéristiques, d’une interaction extérieure etc. est bien d’une prétention merveilleuse.

            Ou ce qui s’appelle le dogmatisme, l’aveuglement par répétition de mantras hors sujets.

            Les principes de la thermodynamique supposent des systèmes fermés, et ne parlent pas de ce qui coûte à l’homme de construire en rapport de ce qu’il utilise, mais de cadres théoriques idéaux (il n’existe pas de systèmes fermés par ailleurs dans la nature, comme toujours les principes physiques sont des idéaux).

            « bah oui, personne ne réfléchit par ici, mais vas y continue à nous éclairer de tes merveilleuses démonstrations qui ne sont pas du tout absconses. #ironie »

            Relativité de la notion de compréhension. Par exemple citer E=MC² n’assure pas d’avoir le moindre début de compréhension de ce dont il s’agit, ni pour celui qui le cite, ni pour celui qui l’écoute.

          • Je vais me concentrer sur une seule affirmation qui pour moi est symptomatique:

            « Je dis et j’affirme que quand l’homme construit une centrale nucléaire il dépense moins d’énergie qu’il n’en reçoit. Et ceci il le fait concernant toutes les sources d’énergie qu’il utilise. »

            Non! tout simplement non. Affirmer le contraire c’est ne rien comprendre à l’énergie, au travail, au rendement.
            En partant d’idée fausses comme celle-ci on arrive à des conclusions fausses.

            pour calculer le rendement d’une centrale ou de tout autre chose, on mesure la puissance en entrée et en sortie, puis on fait Psortie/Pentrée (Ps/Pe)

            ca c’est la définition du rendement, il n’y a pas a discuter de sa validité. (ou alors tu utilises une autre formule que tu prends pour la formule du rendement)

            Dans le cas d’une centrale, pour avoir son rendement, on mesure (en fait on calcule) l’énergie contenue dans le carburant (charbon, gasoil, uranium, soleil, vent, bouse de vache…) et on mesure l’énergie disponible à la sortie ; on fait Ps/Pe.
            Entre les deux il y a des pertes: dans une centrale nucléaire, on fait « brûler » de l’uranium qui fait bouillir de l’eau, qui fait tourner un générateur. Chacune de ses étapes engendre un peu de pertes et au final la puissance en sortie est égale à la puissance en entrée moins les pertes.
            Donc Ps est inférieur à Pe, et donc Ps/Pe est forcément inférieur à 1.

            En conclusion, si au mieux, il n’y avait aucune pertes, le rendement serait égal à 1, jamais plus.
            Si on trouve un rendement supérieur à 1 c’est qu’on a oublié une source d’énergie dans le calcul de la puissance d’entrée.

            J’espère que c’est maintenant plus clair pour toi et que tu comprends pourquoi rien ne peut avoir un rendement supérieur à 1.

            petit complément: associé au concept de moteur surunitaire, on parle d’énergie libre et gratuite, mais c’est oublier que l’énergie est déjà libre et gratuite.
            Ex: le soleil est gratuit pourtant l’énergie solaire est plus chère à produire que l’énergie nucléaire, c’est n’est donc pas le « carburant » qui coûte de l’argent, c’est sa mise à disposition et sa conversion voire son extraction.
            Donc même en imaginant un moteur qui tourne à « l’énergie quantique », à la matière noire, ou autre rien ne dit que ça ne coûtera pas encore plus cher pour produire de l’électricité avec…

          • « ca c’est la définition du rendement, il n’y a pas a discuter de sa validité. (ou alors tu utilises une autre formule que tu prends pour la formule du rendement) »

            Qui a parlé de ce rendement là !?

            Faire dire n’importe quoi à n’importe qui est possible, la preuve encore une fois, c’est la nième preuve sur ce blog !

            « Dans le cas d’une centrale, pour avoir son rendement »

            Pour avoir CE rendement.

            « Entre les deux il y a des pertes: dans une centrale nucléaire, on fait « brûler » de l’uranium qui fait bouillir de l’eau, qui fait tourner un générateur. Chacune de ses étapes engendre un peu de pertes et au final la puissance en sortie est égale à la puissance en entrée moins les pertes.
            Donc Ps est inférieur à Pe, et donc Ps/Pe est forcément inférieur à 1. »

            Ben non. L’uranium étant « dans la boîte », ce qui sort de « la boîte » est très supérieur à ce qui entre dans « la boîte » pendant le temps de « brûlage de l’uranium ».

            Et il faut espérer que l’homme soit assez intelligent pour que l’énergie dépensée à chercher de l’uranium, et mettre l’uranium dans la boîte soit inférieure à celle qu’il reçoit pendant l’utilisation de la centrale.

            Sans quoi il aura mieux fait de pédaler directement que d’aller chercher de l’uranium.

            Mpfff

            « En conclusion, si au mieux, il n’y avait aucune pertes, le rendement serait égal à 1, jamais plus. »

            Bien sûr que E2 >> E1, sinon autant pédaler. (Dios mios !).

            « Si on trouve un rendement supérieur à 1 c’est qu’on a oublié une source d’énergie dans le calcul de la puissance d’entrée. »

            Mais le rendement étudié est totalement hors sujet.

            L’homme construit une centrale pour E1.

            Il va pouvoir utiliser E2 >> E1.

            BIEN ENTENDU. Sans quoi il pédalera tout aussi bien.

            « J’espère que c’est maintenant plus clair pour toi et que tu comprends pourquoi rien ne peut avoir un rendement supérieur à 1. »

            Mpfff

            Et aussi il est clair pour moi que dire 0+0 = 0 ne m’apprend pas grand chose quand je veux étudier le mûrissement des poires.

            « mais c’est oublier que l’énergie est déjà libre et gratuite. »

            Pourquoi pas…

            « Ex: le soleil est gratuit pourtant l’énergie solaire est plus chère à produire que l’énergie nucléaire »

            Pour dire « plus cher » ou « moins cher » il faut une unité de mesure économique. Quelle unité de mesure économique utilisez vous, et comment est-elle définie précisément, à l’aide d’une expérience renouvelable, que je puisse scientifiquement vérifier !?

            « c’est n’est donc pas le « carburant » qui coûte de l’argent, c’est sa mise à disposition et sa conversion voire son extraction. »

            Allons bon voici l’élément atomique n°47 qui s’invite dans la conversation maintenant… On est au PMU du coin !?

            « Donc même en imaginant un moteur qui tourne à « l’énergie quantique », à la matière noire, ou autre rien ne dit que ça ne coûtera pas encore plus cher pour produire de l’électricité avec… »

            Etrange apparition de la dimension économique dans une étude énergétique, où tout d’un coup en sus on note le révélateur :

            « mais c’est oublier que l’énergie est déjà libre et gratuite »

            Apparition de l’élément atomique n°47, et une notion de « plus cher » et de « moins cher » relié à une unité de mesure dont la définition reste obscure.

            Bizarre, vous avez dit bizarre ?!

            Intéressant.

          • C’est surtout la Nième preuve que tu as un culot et une mauvaise foi assez incroyable, et au PMU du coin, ce genre de comportement entrainerait un tout autre type de réaction.

            Si tu ne comprends pas les termes que tu utilises, ne t’étonnes pas de te faire reprendre :
            « Que ça ne vient pas d’une énergie externe au moteur, mais interne au moteur. Autrement dit on a bien un moteur « surnuméraire » au sens strict. »
            Surnuméraire correspond par défaut à ce rendement là. Le rendement quoi, https://fr.wikipedia.org/wiki/Rendement_%28physique%29#Rendement_comparatif

            Que tu aies une interprétation fausse de termes usuels est un vrai problème et ça ne saurait être imputable à tes interlocuteurs.
            Que tu joues au con face à une comparaison du coût énergétique actuel de différents mode de production d’électricité est également ridicule.

            Le pire dans tout ça c’est qu’au fond, on est plutôt d’accord, à quelques détails près : on peut convertir à notre avantage de l’énergie présente dans la nature et ça nous permet de brasser des pixels au lieu de cultiver des patates.
            Nous allons sans doute continuer à diversifier nos sources d’énergie.
            Mais celle ci ne violeront sans doute pas les principes de la thermo, ou sinon il faudra le prouver et ce n’est certainement pas le cas des centrales nucléaires actuelles.

          • « Que tu aies une interprétation fausse de termes usuels est un vrai problème et ça ne saurait être imputable à tes interlocuteurs. »

            Il n’y a pas « d’interprétation fausse de termes usuels » ou pas usuels d’ailleurs. Il y a des termes dont les définitions sont données ou exemplifiées.

            Par exemple le terme « positif » ne signifie absolument pas la même selon selon le domaine, le référentiel, ce qui serait mesuré, ce qui serait compté, le sens psychologique ou autre etc…

            Ainsi j’ai maintes fois expliqué « quand l’homme construit une boîte avec une dépense d’énergie E1 » pour préciser mon propos, afin justement d’éviter de mauvaises interprétations.

            Ceci étant dit, et ce point étant clarifié, à force de répéter moultes fois ce dont il s’agissait, je ne retire rien de ce que j’ai dit.

          • « ca c’est la définition du rendement, il n’y a pas a discuter de sa validité. (ou alors tu utilises une autre formule que tu prends pour la formule du rendement) »
            Qui a parlé de ce rendement là !?
            Faire dire n’importe quoi à n’importe qui est possible, la preuve encore une fois, c’est la nième preuve sur ce blog !
            >>>alors de quel rendement parles-tu ?
            « Dans le cas d’une centrale, pour avoir son rendement »
            Pour avoir CE rendement.
            >>>Alors je précise : « le rendement énergétique de la centrale », comme ça la construction, le cout d’exploitation ne rentre pas en compte.
            « Entre les deux il y a des pertes: dans une centrale nucléaire, on fait « brûler » de l’uranium qui fait bouillir de l’eau, qui fait tourner un générateur. Chacune de ses étapes engendre un peu de pertes et au final la puissance en sortie est égale à la puissance en entrée moins les pertes.
            Donc Ps est inférieur à Pe, et donc Ps/Pe est forcément inférieur à 1. »
            Ben non. L’uranium étant « dans la boîte », ce qui sort de « la boîte » est très supérieur à ce qui entre dans « la boîte » pendant le temps de « brûlage de l’uranium ».
            >>>C’est la ta confusion, la puissance entrante, ce n’est pas ce qu’on ajoute pendant que l’uranium « brule », c’est l’uranium lui-même. Et de l’uranium on ajoute tout au long du processus de conversion, comme toi qui mets de l’essence dans ton réservoir au fur et à mesure qu’il se vide.
            >>>>Si tu veux utiliser autre chose, tu peux, mais alors tu ne calcule plus le rendement énergétique de la centrale. Et il te faut préciser de quoi tu parles et comment tu le calcule.
            Et il faut espérer que l’homme soit assez intelligent pour que l’énergie dépensée à chercher de l’uranium, et mettre l’uranium dans la boîte soit inférieure à celle qu’il reçoit pendant l’utilisation de la centrale.
            >>>je ne compte pas cette énergie de recherche et d’extraction. Je compte l’énergie contenue dans l’uranium uniquement. C’est ça un rendement énergétique.
            >>>Je crois que j’ai compris ta confusion, pour toi le rendement de la centrale, c’est l’énergie dépensée pour la fabriquer
            Sans quoi il aura mieux fait de pédaler directement que d’aller chercher de l’uranium.
            Mpfff
            >>>Tu penses donc qu’on est passé au nucléaire car il a un meilleur rendement qu’une dynamo de vélo ? Non, on est passé au nucléaire car il produit plus d’énergie pour un cout moindre.
            >>>La « dynamo » a un meilleur rendement énergétique (je précise à nouveau) qu’une centrale nucléaire, mieux, il y a une dynamo dans une centrale nucleaire mais elle est alimenté par de la vapeur d’eau au lieu de l’etre avec des mollets…
            « En conclusion, si au mieux, il n’y avait aucune pertes, le rendement serait égal à 1, jamais plus. »
            Bien sûr que E2 >> E1, sinon autant pédaler. (Dios mios !).
            >>>Non ! il ne suffit pas de dire une bêtise qui semble juste plusieurs pour en faire une vérité ! D’après toi, il n’y a pas de pertes dans la conversion Uranium>électricité ?
            >>>on va faire un raisonnement par l’absurde : dans le cas que j’avance (E1>>E2) en quoi pédaler serait mieux qu’une centrale ?
            « Si on trouve un rendement supérieur à 1 c’est qu’on a oublié une source d’énergie dans le calcul de la puissance d’entrée. »
            Mais le rendement étudié est totalement hors sujet.
            L’homme construit une centrale pour E1.
            Il va pouvoir utiliser E2 >> E1.
            BIEN ENTENDU. Sans quoi il pédalera tout aussi bien.
            >>>Je refait la question du dessus : pourquoi c’est mieux de pédaler dans ce cas ?
            « J’espère que c’est maintenant plus clair pour toi et que tu comprends pourquoi rien ne peut avoir un rendement supérieur à 1. »
            Mpfff
            Et aussi il est clair pour moi que dire 0+0 = 0 ne m’apprend pas grand chose quand je veux étudier le mûrissement des poires.
            « mais c’est oublier que l’énergie est déjà libre et gratuite. »
            Pourquoi pas…
            « Ex: le soleil est gratuit pourtant l’énergie solaire est plus chère à produire que l’énergie nucléaire »
            Pour dire « plus cher » ou « moins cher » il faut une unité de mesure économique. Quelle unité de mesure économique utilisez vous, et comment est-elle définie précisément, à l’aide d’une expérience renouvelable, que je puisse scientifiquement vérifier !?
            >>> la mesure c’est l’euro, le dollars ou n’importe quelle monnaie
            >>>Vvoici un article qui parle d’une étude http://www.slate.fr/story/46785/nucleaire-eolien-energie-moins-chere-france
            >>>ce n’est surement pas infaillible mais ça donne bien la tendance. Et puis à la base je voulais simplement démontrer que même avec un carburant gratuit (le soleil) on doit quand même payer (pour des panneaux solaires, pour leur entretien…)
            « c’est n’est donc pas le « carburant » qui coûte de l’argent, c’est sa mise à disposition et sa conversion voire son extraction. »
            Allons bon voici l’élément atomique n°47 qui s’invite dans la conversation maintenant… On est au PMU du coin !?
            >>>Je ne vois pas de quoi tu parles ici ? Je réaffirme ce que j’ai écrit : c’e n’est pas le « carburant » qui coûte de l’argent, c’est sa mise à disposition et sa conversion voire son extraction.
            « Donc même en imaginant un moteur qui tourne à « l’énergie quantique », à la matière noire, ou autre rien ne dit que ça ne coûtera pas encore plus cher pour produire de l’électricité avec… »
            Etrange apparition de la dimension économique dans une étude énergétique, où tout d’un coup en sus on note le révélateur :
            « mais c’est oublier que l’énergie est déjà libre et gratuite »
            Apparition de l’élément atomique n°47, et une notion de « plus cher » et de « moins cher » relié à une unité de mesure dont la définition reste obscure.
            Bizarre, vous avez dit bizarre ?!
            Intéressant.

            >>>J’ai bien précisé que c’était un petit truc en plus. Ca n’a pas forcément un rapport avec ce que tu as dit, c’était plus pour illustrer ma pensée sur ce point que j’entends souvent et qui est en rapport avec le rendement.
            >>>PS : En rédigeant cette réponse et en relisant tout je crois que j’ai compris ta confusion.
            Pour toi, l’énergie d’entrée, c’est la fabrication de la centrale, l’extraction du minerais et l’exploitation et en sortie c’est toute la production de la centrale sur toute sa durée de vie.
            Dans ce cas ce n’est pas un rendement que tu calcules. C’est pour ça que tu trouves un résultat supérieur à 1
            Pour calculer le rendement tenant compte aussi de la fabrication il te faut aussi l’énergie contenue dans l’uranium, sinon tu oublies une des sources qui servent à produire ton énergie.

          • « Pour toi, l’énergie d’entrée, c’est la fabrication de la centrale, l’extraction du minerais et l’exploitation et en sortie c’est toute la production de la centrale sur toute sa durée de vie. »

            Par exemple oui.

            « Dans ce cas ce n’est pas un rendement que tu calcules. C’est pour ça que tu trouves un résultat supérieur à 1 »

            Si c’est un rendement. Il est possible qu’il ne te plaise pas, mais sa définition est claire, et son calcul réalisable. Il n’a jamais été dit qu’on cherchait autre chose par ailleurs, c’est vous qui faites des suppositions quant à ce qui est cherché, personne d’autre.

            « Pour calculer le rendement tenant compte aussi de la fabrication il te faut aussi l’énergie contenue dans l’uranium, sinon tu oublies une des sources qui servent à produire ton énergie. »

            Non ça c’est un rendement sans aucun intérêt pour ce qui concerne le sujet de « l’énergie libre ».

            Les tenants de cette recherche (et qu’on ne me fasse pas dire encore une fois ce que je n’ai pas dit, je n’ai pas dit une seule fois que telle ou telle expérience « d’énergie libre » était valide, ni qu’elle était « invalide », je n’ai rien dit du tout à ce sujet), entendent trouver un moyen d’utiliser « librement » de l’énergie, sans dépendre donc d’une production tierce.

            De la même façon, voici encore une démonstration qu’un « terme » n’a pas de définition « usuelle », mais doit toujours être questionné pour être compris quand on dit :

            « Logiciel Libre »

            Ca ne signifie pas que c’est le logiciel qui est libre, mais que c’est l’utilisateur du logiciel qui possède 4 libertés à savoir :

            -https://fr.wikipedia.org/wiki/Logiciel_libre#D.C3.A9finition_de_la_Free_Software_Fondation_.28FSF.29

            De sorte qu’ayant compris cette utilisation du terme « libre », on comprend parfaitement ce que peut signifier « énergie libre ».

            Sans quoi on lui fait dire n’importe quoi à sa convenance, et on passe totalement à côté du sujet.

          • « la mesure c’est l’euro, le dollars ou n’importe quelle monnaie »

            Admettons. Peux-tu me donner l’expérience scientifique renouvelable, qui va me permettre de générer 1 €, afin que je soie sûr que tu me parles bien de science et pas de n’importe quoi !?

            Ca m’arrangerait bien car j’ai quelques amis qui aimeraient justement connaître le protocole expérimental permettant de générer suffisamment d’euros afin de les utiliser, quelques milliards d’amis qui seront enfin soulagés de savoir comment faire, car jusqu’ici les manuels de définition semblent assez obscurs sur comment réaliser cette expérience scientifique précise.

          • Les tenants de cette recherche (et qu’on ne me fasse pas dire encore une fois ce que je n’ai pas dit, je n’ai pas dit une seule fois que telle ou telle expérience « d’énergie libre » était valide, ni qu’elle était « invalide », je n’ai rien dit du tout à ce sujet), entendent trouver un moyen d’utiliser « librement » de l’énergie, sans dépendre donc d’une production tierce.

            Donc tu parles de personnes qui mettent, par exemple, des panneaux solaire sur leur toit ou une éolienne et qui disposent librement de leur énergie sans avoir besoin de fournisseur.
            Dans ce cas pas de débat à avoir.
            Par contre ça ne correspond pas à la définition usuelle d’énergie libre.

          • « Donc tu parles de personnes qui mettent, par exemple, des panneaux solaire sur leur toit ou une éolienne et qui disposent librement de leur énergie sans avoir besoin de fournisseur. »

            Tout à fait, mais aussi des tentatives de recherches tierces qui vont dans ce même sens.

            « Dans ce cas pas de débat à avoir. »

            Déjà sur l’analyse des concepts sur un sujet donné, généralement il convient justement de vérifier qu’on a bien compris ce dont parle autrui avant de se lancer tête baissée dans une interprétation qui ne colle pas du tout, preuve est faite dans ce fil.

            « Par contre ça ne correspond pas à la définition usuelle d’énergie libre. »

            Quelle « définition usuelle » !? Je ne connais aucune « définition usuelle » de quoi que ce soit, j’essaie de comprendre les termes dans leur contexte d’utilisation, car quand on a côtoyé quantité de domaines on s’aperçoit que des mêmes mots prennent des significations différentes.

            Energie Libre (ne colle pas non plus à ce que vous avez développé ci-dessus) :

            https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_libre

            Energie Libre (complot) :

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_du_complot_contre_l'%C3%A9nergie_libre

            Energies libres (solaire thermique, bois…) :

            http://www.energies-libres.com/

            Eolienne sous licence libre :

            https://fr.ulule.com/765th853yz_346tx/

            etc.

          • « Déjà sur l’analyse des concepts sur un sujet donné, généralement il convient justement de vérifier qu’on a bien compris ce dont parle autrui avant de se lancer tête baissée dans une interprétation qui ne colle pas du tout, preuve est faite dans ce fil. »

            Mais balaye devant ta porte !!!

            Je résume :
            1) Tu es venu poster ça :
            « Je ne dis pas que ces histoire « d’énergie libre » sont valides ou même intéressantes, mon questionnement n’est pas là. Il prétend pointer une incohérence manifeste :
            Une centrale nucléaire, c’est quoi fondamentalement ? Un hoax ? »

            Donc tu prétendais me contredire sur l’énergie libre, terme que j’avais utilisé au sens de cette vidéo, qui est dans l’article là où j’utilise « énergie libre » (linkée 3 fois en tout donc difficile à manquer : https://www.youtube.com/watch?v=th5EL-KJ2Lw)
            J’avais même dit : « regarde ça, ça nous fera gagner du temps » -> et non, tu nous en as fait perdre un max.

            2) Tu as tenté une démonstration en te basant sur les centrales nucléaires, en déviant la définition usuelle de rendement, ou de moteur surnuméraire, qui ne correspondait pas du tout à ce que j’avais affirmé et que tu prétendais contredire.
            « Quelle « définition usuelle » !? Je ne connais aucune « définition usuelle » de quoi que ce soit, j’essaie de comprendre les termes dans leur contexte d’utilisation, car quand on a côtoyé quantité de domaines on s’aperçoit que des mêmes mots prennent des significations différentes. »
            Mais bien sûr. Arrête de parler alors si les mots n’ont aucun sens particulier pour toi. #mauvaise foi

            3) Tu dévies le sujet, noie le poisson dans des proportions pharaoniques et prétend maintenant que c’est nous qui n’avons pas compris le sens d’énergie libre dans tes messages ! Mais (encore une fois) c’est l’hopital qui se fout de la charité ! On est parti de mon interprétation d’énergie libre, c’est celle ci dont tu prétendais souligner l’incohérence. Et je l’avais explicité par le lien vidéo. Tu as tapé à coté, c’est pas notre problème.

            Donc oui nous avons accès à de l’énergie solaire, hydraulique, et ainsi de suite qui nous facilite la vie (donc nous fournisse beaucoup d’énergie pour nos besoins), mais c’est pas du tout le sujet, ou ce que tu as prétendu contredire !
            Le sujet, je le rappelle, c’est « grimault est un charlatan »
            Une remarque là dessus peut être ?

            Comprenons-nous bien, je veux bien qu’on vienne relever des incohérences, des erreurs dans mes articles ou mes commentaires. Je suis tout à fait prêt à me corriger si c’est le cas. Seulement quand un type qui s’est déjà ouvertement foutu de ma gueule (http://www.chez-web.com/coincidences-redondances-et-numerologie-analyse-des-propositions-de-jacques-grimault-en-rapport-avec-les-dimensions-de-kheops/#comment-7105), revient comme une fleur et affirme qu’il « prétend pointer une incohérence manifeste » tout en tapant complètement à coté avec à nouveau une confusion malhonnête, une mauvaise foi énorme et qu’il parasite le fil avec des messages indigestes et hors sujet, je ne vais certainement pas lui dérouler le tapis rouge.
            Parce que ça pour le coup, ça s’appelle troller.

            Et si on parlait du sujet de l’article ?

          • « On est parti de mon interprétation d’énergie libre, c’est celle ci dont tu prétendais souligner l’incohérence. Et je l’avais explicité par le lien vidéo. Tu as tapé à coté, c’est pas notre problème. »

            Qui ne correspond pas du tout à la définition « usuelle », ni aux définitions que j’ai pointées plus haut. Donc on ne peut pas prétendre quand ça nous arrange de vouloir « coller aux définitions usuelles », tout en ne les suivant pas quand ça nous arrange aussi. (méthodologie que de mon côté je n’applique pas, comme je l’ai déjà expliqué, le côté « usuel » n’a aucun intérêt, ni aucune légitimité).

            « Donc oui nous avons accès à de l’énergie solaire, hydraulique, et ainsi de suite qui nous facilite la vie (donc nous fournisse beaucoup d’énergie pour nos besoins), mais c’est pas du tout le sujet, ou ce que tu as prétendu contredire ! »

            Pas uniquement, il y a aussi ce qu’on appelle l’indécidable.

            Notamment ceci (par exemple) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Catalyseur_d'%C3%A9nergie_de_Rossi_et_Focardi

            Valide ou invalide ?

            Ou cela : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fusion_froide

            Quid !?

            « Seulement quand un type qui s’est déjà ouvertement foutu de ma gueule… »

            Propos impolis et hors sujet, qui n’apportent rien, je ne réponds pas.

            « Et si on parlait du sujet de l’article ? »

            J’ai pointé un sujet précis, j’ai déjà signalé que je ne commentais pas le reste. Notamment je ne participe pas au jugement des personnes, je ne m’intéresse qu’à la réflexion, au raisonnement aux conclusions, à la définition des concepts, et aux différents modèles de conceptualisations qui éclairent la réalité de manières différentes.

            Tout comme je m’intéresse à l’axiome du choix, à l’indécidabilité, aux modèles logiques qui n’incluent pas les entiers naturels etc…

            Je m’intéresse généralement à tout ce qui sort du connu.

          • Si si, en matière d’ésotérisme (et c’est le thème quand on parle de Grimault ou LRDP), la définition usuelle d’énergie libre est celle que j’ai donné.

          • « Propos impolis et hors sujet, qui n’apportent rien, je ne réponds pas. »

            Dit-il en répondant 😉

          • « Si si, en matière d’ésotérisme (et c’est le thème quand on parle de Grimault ou LRDP), la définition usuelle d’énergie libre est celle que j’ai donné. »

            Ceci est correct. Dans un contexte donné il existe une définition donnée pour un concept donné, ce qui n’est pas forcément généralisable et demande toujours un peu de précision (ou de prudence).

            Mais pour ce qui me concerne je me garderai de qualifier le travail de Mr Grimault avant d’en avoir vu l’exposé dans son ensemble. De ce que j’ai pu en voir cette approche me semble très intéressante, et comme je l’ai dit, même si à la fin elle ne me semble pas concluante, elle aura eu le mérite de faire s’intéresser à l’archéologie des personnes qui n’y connaissaient rien au départ, et il sera dans tous les cas inutile et hors sujet de juger l’homme, que de de se faire une opinion sur ses conclusions.

            (PS : mon dernier commentaire sur l’énergie libre à laquelle votre dernier commentaire répond, http://www.chez-web.com/top-10-des-absurdites-de-lrdp-et-j-grimault/#comment-7232 est visible pour moi, mais ne semble pas validé, je ne le vois pas dans le flux RSS : http://www.chez-web.com/comments/feed/ )

            Bref. Je n’ai pas dit non plus que ce que j’ai trouvé sur ce blog était incorrect (ni que c’était correct), j’ai essayé de comprendre ce qui poussait à chercher au sein d’une boîte conceptuelle Bx plutôt que By. Je constate ce que j’ai déjà constaté moultes fois, on ne raisonne que relativement aux concepts que l’on connaît, et on a beaucoup de mal à accepter d’autres modèles conceptuels, ni même à être prudent quant à d’autres modèles conceptuels tout comme l’annonce i² = -1 fait bondir de rejets dans un moment de l’Histoire.

  3. Avant tout merci pour la lecture de tout ce qui précède.
    Je m’étais bêtement contenté de pointer les sites de LRDP sur Google Earth pour constater un alignement des sites archéologiques, en sachant bien qu’un élastique sur un autre axe donnerai d’autres sites, mais vous avez magnifiquement poussé l’analyse du doc. Bravo !
    Je pense le consentement du spectateur induit par la référence aux « barrages des castors » à ce moment du film.

    Si vous souhaitiez mettre votre esprit critique à l’épreuve, vous pourriez vous interroger sur la chute du WTC7 le 11/09 en vous basant uniquement sur les vidéos officielles facilement sourçables. Vous risquez d’être autant surpris que par LRDP et je vous souhaite sincèrement d’y trouver autant de plaisir en cherchant à comprendre.

  4. Je reposte dans un nouveau commentaire pour faciliter la lecture:

    >>>Ex: le soleil est gratuit pourtant l’énergie solaire est plus chère à produire que l’énergie nucléaire

    Pour dire « plus cher » ou « moins cher » il faut une unité de mesure économique. Quelle unité de mesure économique utilisez vous, et comment est-elle définie précisément, à l’aide d’une expérience renouvelable, que je puisse scientifiquement vérifier !?

    >>> la mesure c’est l’euro, le dollars ou n’importe quelle monnaie

    Admettons. Peux-tu me donner l’expérience scientifique renouvelable, qui va me permettre de générer 1 €, afin que je soie sûr que tu me parles bien de science et pas de n’importe quoi !?(…)

    ________________________________________________
    En résumé:
    -Je te dis que produire de l’énergie électrique avec du solaire est plus cher qu’en nucléaire
    -Tu demandes une unité de mesure économique (ce qui n’a, au passage, aucun impact sur la validité ou non de mon affirmation)
    -je te dit euro, dollars ou whatsoever
    -tu me répond « comment on fait pour créer des euros »

    Ce qui s’appelle changer de sujet…

    Mon affirmation fonctionne aussi bien en euro qu’en roupie ou qu’en sous.
    Et je n’ai jamais parlé de « créer » des euros.

    Pour revenir sur mon affirmation:
    Voici une liste des sources qui donnent des coût de production d’électricité en fonction du type de centrale. Toutes donne le solaire plus cher que le nucléaire.
    https://www.lenergieenquestions.fr/les-couts-de-production-des-differentes-sources-denergie-en-france-infographie/
    http://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/couts-de-production-de-l-electricite-en-france
    http://www.ecosources.info/actualites/397-couts-moyens-de-production-de-l-electricite-en-2014
    http://sfp.in2p3.fr/Debat/debat_energie/websfp/PrixetCouts.htm

    • « Ce qui s’appelle changer de sujet… »

      Pas du tout. Tu sors du sujet « énergie », pour introduire d’abord un élément atomique de n°47 (dont je ne vois toujours pas le lien d’ailleurs), puis une prétendue « unité de mesure économique » capable de servir à mesurer « plus cher » et « moins cher »

      « Mon affirmation fonctionne aussi bien en euro qu’en roupie ou qu’en sous. »

      Où est la publication scientifique permettant d’affirmer une telle chose ? De ce que je connais de l’expérience, ces unités de mesure ne sont pas compatibles entre elles et n’ont aucune définition relationnelle scientifiquement établie, reposant sur des expériences reproductibles.

      Ainsi si par exemple on utilise deux définitions du mètre, celle de 1791ou celle de 1983, les comparaisons de mesure dépendront du lieu ainsi que du temps, selon un procédé de transformation qui n’a rien de clair, et qui ne rend pas ces définitions compatibles.

      « Et je n’ai jamais parlé de « créer » des euros. »

      Moi si. Tu me parles d’une unité de mesure que tu appelles « euro », je ne sais pas ce que c’est. J’aimerais donc que, étant donné qu’on prétend ici faire de la science, tu me donnes la définition scientifique de cette unité.

      Par exemple je peux te dire, concernant le mètre que c’est :

      « la distance parcourue par la lumière dans le vide en 1/299 792 458 de seconde »

      Etant donné cette définition je peux envisager de monter une expérience me permettant d’avoir 1 mètre en main et de pouvoir l’utiliser. Tout comme avec la définition d’une Joule, je peux envisager de monter l’expérience me permettant de pouvoir utiliser 1 Joule d’énergie.

      C’est ce qui s’appelle une définition scientifique, ne reposant pas sur n’importe quoi, mais étant bien établie sur une expérience reproductible.

      « Pour revenir sur mon affirmation:
      Voici une liste des sources qui donnent des coût de production d’électricité en fonction du type de centrale. Toutes donne le solaire plus cher que le nucléaire. »

      Je ne sais pas ce que signifie « plus cher » ou « moins cher » étant donné que la supposée unité de mesure économique sous-jacente qui prétendrait établir des mesures, n’est pas scientifiquement définie.

      Par contre je sais ce que signifie « affirmer des assertions qui ne sont pas scientifiquement établies », ou encore « tromper son monde ».

        • « Regarde particulièrement la dernière qui explique aussi le contexte économique. »

          J’ai regardé. Et je vais chercher ce qui m’intéresse, à savoir si on a bien défini ce dont on parle :

          « Dans une économie monétarisée, le prix d’une source d’énergie est donc la quantité de monnaie que l’on doit consentir pour se procurer un kWh, un litre d’essence ou une thermie de gaz naturel. Ce prix est l’expression de la valeur d’échange d’une unité de bien ou de service énergétique. Résultat de la rencontre d’une offre (fonction croissante du prix) et d’une demande (fonction décroissante) sur un marché supposé libre et bien informé, il est un indicateur momentané de la plus ou moins grande rareté de la source d’énergie considérée. »

          Et aussi :

          « Si l’on veut suivre l’évolution de ces prix dans le temps, on doit remplacer les euros courants par des euros constants, sur la base des prix d’une année donnée, afin d’éliminer les variations de valeur de la monnaie dues à l’inflation. Si l’on veut procéder à des comparaisons internationales, il faut convertir les prix, donnés en monnaies nationales, en prix exprimés en dollars ou en euros constants, soit par l’intermédiaire des taux de change soit par les parités de pouvoir d’achat (PPA). »

          Autrement dit rien de scientifiquement établi. Rien qui ne me permette de retrouver scientifiquement la pseudo-unité économique économique utilisée à partir d’une expérience reproductible, donnant des résultats comparables en vertu de la pseudo définition utilisée.

          Quand je dis pseudo définition je devrais dire non-définition, la monnaie étant affirmée comme unité de mesure économique, sans aucune définition de son unité. A noter que par contre le terme « monnaie » me semble correct pour désigner cette valeur de référence dont la définition reste introuvable, alors que le terme « élément atomique n°47 » me semble douteux et encore plus mal défini dans le « contexte économique ».

          Sur ce que signifie définition d’une unité de mesure, contexte logique, et conséquences, concernant « la monnaie » : http://www.creationmonetaire.info/2013/12/quest-ce-qui-est-monnaie-ou-pas.html

          Notamment un monde esclavagiste ne peut pas prétendre d’un côté « donner des prix à l’économie », tout en imposant ce qu’il veut à qui il veut indépendamment de l’accord des parties, lui permettant ainsi de donner n’importe quel prix à n’importe quoi, notamment en falsifiant tous les jours et par de multiples manières la prétendue « unité de mesure économique » = « la monnaie », censée être définir afin d’établir « les prix ».

          Autrement dit si j’appelle « mètre » une unité de mesure des distances, que je peux à loisir allonger ou raccourcir, selon l’espace ou le temps que je veux, je ne peux pas clamer des mesures de distances, et espérer qu’autrui s’en accommode d’une quelconque façon, autrement qu’en trouvant un moyen de « tromper mon monde » quant à la réalité de mon loisir.

          Certains, parmi les observateurs de mon loisir finiront bien par se douter qu’il y a quelque part quelque chose qui n’est pas clair…

          Notamment un scientifique véritable.

          • J’ai essayé de discuter, mais ta technique de « noyage » de poisson est trop avancée pour moi!

            Franchement, si tu ne comprends pas la phrase:
            « ça coûte plus cher de produire de l’énergie électrique solaire que nucléaire » je te conseille simplement de demander à un enfant de 10 qui t’expliquera tout ça.

          • « Franchement, si tu ne comprends pas la phrase:
            « ça coûte plus cher de produire de l’énergie électrique solaire que nucléaire » je te conseille simplement de demander à un enfant de 10 qui t’expliquera tout ça. »

            Je note la technique. La prochaine fois qu’on me demandera ce que signifie E=MC² je répondrai d’aller le demander à un enfant de 10 ans.

          • « Je note la technique. La prochaine fois qu’on me demandera ce que signifie E=MC² je répondrai d’aller le demander à un enfant de 10 ans. »

            Si pour toi comprendre une simple phrase du type « a est plus grand que b » est aussi insurmontable que de comprendre la formule E = mc², tu devrais consulter un spécialiste parce que ça a l’air grave.

          • Mais mon garçon, l’économie n’a rien de scientifique. Elle repose sur des bases antiques venant d’échange de matériaux, d’animaux, d’esclaves ou que sais-je dont on peine à suivre l’évolution au jour le jour.
            L’économie est arbitrairement fixée par un nombre absurdement élevé d’acteurs s’échangeant leurs affaires en espérant gagner de bonnes choses pour vivres.
            Comment est-ce possible de ne pas avoir compris ça ? Vis-tu bien sur terre ?

          • « Si pour toi comprendre une simple phrase du type « a est plus grand que b » est aussi insurmontable que de comprendre la formule E = mc², tu devrais consulter un spécialiste parce que ça a l’air grave. »

            Je vais te poser une question « très simple » :

            Voici un triangle d’angles a,b et c. Avec a = 60° et b = 61°.

            Question : c est-il plus grand ou plus petit que a et b ?

            Demande à un enfant de 10 ans si tu ne sais pas répondre. Ainsi nous aurons une jolie et belle réponse.

  5. C’est assez fascinant de constater que la trollerie fonctionne toujours, quel que soit le site. Pourquoi vouloir parler avec quelqu’un qui va refuser de vous entendre et qui,de toute manière ne vous parle pas ?

    J’ai imprimé hier une partie de la discussion. Au mieux, en admettant que tout le monde soit sincère et qu’il n’y ait pas volonté de troller, vous ne parlez tout simplement pas de la même chose. Parlons plutôt de l’article. C’est ce que je ferai prochainement.

    La seule chose que je dis maintenant par rapport au 1) et que non seulement les Bâtisseurs connaissaient le mètre mais aussi le gramme (étant donné leurs remarques anaglyphiques au sujet de la taille et du poids des bébés).

    • oui j’aurais pu étendre au kilogramme, ainsi qu’à la seconde, entre autre.
      En fait, si on leur accorde le mètre, le mètre carré et le mètre cube sont également envisageables et par conséquence le litre (1 décimètre cube ou un millième de mètre cube)
      Et si on mesure la masse d’un litre d’eau, on a le kilogramme.
      Le kilogramme étant une conséquence du mètre, accorder l’un permet d’envisager l’autre.
      Ceci dit, le choix du décimètre cube et de l’eau sont arbitraires et c’est donc bien une unité supplémentaire à prendre en compte.
      Et surtout, rien ne prouve qu’ils connaissaient l’un ou l’autre.

      PS : Ici il ne me semble pas qu’il y ait besoin d’imprimer les discussions. J’ai pour le moment validé l’intégralité des commentaires et n’en ai jamais supprimé (contrairement à ce qui se passe sur les pages LRDP où la censure est devenue banale, sans même qu’il soit question d’insultes.)
      Si vos commentaires n’apparaissent pas, c’est que je dois parfois les valider et je suis plus ou moins réactif.

    • Suite de mes remarques :
      2) JG envisage peut-être que l’axe de rotation de la Terre a été modifié

      4) Si vraiment JG et PP s’offusquent que des gens déduisent que les bâtisseurs soient issus d’une civilisation inconnue, c’est illogique. Si ce ne sont pas, par exemple, les Egyptiens qui ont construit les grandes pyramides et si ce ne sont pas des extraterrestres c’est une autre civilisation qu’effectivement on ne connaît pas encore. Il y a une autre solution ?

      6) D’accord JG emploie le terme méta-machine mais là vous parlez de Dunn. Autant parler de César quand on veut parler de César.

      7) J’ai aussi beaucoup de mal avec la langue des oiseaux et toutes les déductions « logiques » qui s’ensuivraient. A noter que JG signale plusieurs fois que selon lui le français est probablement la langue d’origine de l’humanité (peut-être que j’exagère en le présentant ainsi mais c’est vraiment ce que j’ai compris.)

      Cette langue des oiseaux dans sa logique me fait penser à une devinette à tiroir que l’on me racontât dans mon enfance :

      Pourquoi 6 Russes sont à l’évidence ton frère ?
      Parce que 6 russes c’est six slaves, s’y’s’lave c’est qu’y’s’nettoie et si ce n’est toi c’est donc ton frère.

      8) L’exemple du squelette du géant présenté dans un parc d’attraction est très parlant à ce sujet.

      9) Attendons toutefois de voir quel type de langage JG aurait décrypté. Ca peut être intéressant à voir, même s’il y a erreur ou manipulation. Parfois l’étude d’une réflexion fausse ou faussée amène à trouver la solution d’un problème réel.

      Plus globalement je salue votre travail et je pense comprendre vos motivations. Je pense néanmoins qu’il est inutile d’utiliser des mots chargés comme « charlatan » ou autres. Le simple fait de décrire les situations que vous décrivez, sans affect, est parlant. Si votre lecteur veut qualifier les personnes dont vous parlez c’est à eux de le faire. Inutile d’ajouter de la polémique à la polémique.

      • Merci pour ces remarques précises.

        2) Oui je me suis déjà fait cette remarque. C’est une théorie qu’on peut voir par exemple dans ce documentaire. https://www.youtube.com/watch?v=pucriZEdIRM
        Sauf qu’elle ne correspond pas du tout à ce qu’on sait de l’histoire de la Terre. (vaste sujet)

        4) Question : Pourquoi les bâtisseurs n’ont pas filé les haricots, les patates et les poivrons aux égyptiens ?
        ça aurait quand même été sympa.
        Builders work in mysterious ways 😉

        6) J’ai montré le bouquin de Dunn parce que c’est une référence que cite très souvent Patrice Pooyard et qui apparait dans LRDP. Grimault de son coté assume complètement le terme de méta machine. Les fonctions cachées : armes, production d’énergie, bienfaits thérapeutiques, sont de Grimault lui même, par exemple dans cette vidéo : http://rutube.ru/video/0972730c3ad71bdecefaeee4dd2c00c9/
        Ce sont principalement ces affirmations de JG que j’ai commentées dans ce point.

        7) L’histoire « classique » du français me parait très bien https://www.youtube.com/watch?v=iSUJ-9F50Hk

        8) Oui

        9) Sauf qu’aujourd’hui les problèmes qui risquent de nous arriver dans le siècle en cours sont liés à la surexploitation des ressources, entre autre et sont plutôt de cet ordre là :
        https://www.youtube.com/watch?v=E3EbLui2B2k
        Je ne pense vraiment pas que JG ait décrypté un quelconque langage réel ou qu’il ait une utilité pour résoudre des problèmes réels.

        Merci pour vos conseils, j’ai pas mal hésité avant de placer « charlatan ». Je suis allé voir sa définition et elle correspondait exactement à l’article que j’avais écrit, donc je l’ai finalement mis et je ne pense pas que ce terme soit injustifié, mais je comprends qu’il est dérangeant car très connoté.

        • Juste un petit contre-exemple par l’absurde qui a peut-être déjà été proposé par quelqu’un auparavant mais bon…

          La tour Eiffel aurait été construite en environ 27 mois. Or elle comporte 2 500 000 rivets ! A raison de journées de 12 heures de travail, en travaillant tous les jours ça nous fait un rivet posé toutes les 14 secondes ?! Il est donc bien évident que l’on nous ment sur la durée de réalisation de la Tour Eiffel. Sans compter qu’il ne fallait pas que poser les rivets mais monter les pièces de plus en plus haut, les positionner etc.

          Sur cette exemple volontairement provoquant (mais pour autant conforme dans l’idée au calcul fait sur les blocs de la grande pyramide dans LRDP) presque tout le monde répondra : « Mais t’es stupide ou quoi ? Il n’y a pas qu’un seul type qui bossait sur le chantier ! ».

          Sur les chiffres il y a plein d’exemple comme ça. Les 40 000 vases sous la pyramide de Saqqarah ne signifient pas forcément que l’on a apporté 40 000 vases en une fois qui, de plus, n’aurait été produit que peu de temps avant juste pour être mis sous cette pyramide. En admettant que pendant juste un siècle il y ait eu un rite à cet endroit où il convenait de déposer un vase, ça nous fait 8 vases déposés par semaine. Et déposer un vase ne signifie pas déposer un vase récent. Sur les 40 000 vases il peut y avoir plusieurs décennies voire plusieurs siècles entre la confection du premier vase déposé et du dernier.

  6. @Galuel
    En quoi ta digression sur la géométrie non-euclidienne justifie que tu ne sembles même pas comprendre la sémantique même de la phrase de doodoms ?
    Parce que là, ton exemple ne sert à rien. S’il est établi que c est plus grand que a ou b dans un cas, ça ne va pas magiquement faire que c est plus grand que a ou b dans l’autre cas. Tu prends un cas particulier pour dire que les autres cas sont faux. C’est aussi stupide que de prétendre que tous les mammifères pondent des œufs sous prétexte que l’ornithorynque et l’échidné pondent des œufs.

  7. « Parce que là, ton exemple ne sert à rien. S’il est établi que c est plus grand que a ou b dans un cas, ça ne va pas magiquement faire que c est plus grand que a ou b dans l’autre cas. »

    Tu prétends donc que : soient deux systèmes métriques quelconques 21 et S2, alors si a > b (S1) => a> b (S2)

    Est-ce bien là ton affirmation ?

  8. « Est-ce bien là ton affirmation ? »
    Absolument pas.
    Quand tu auras terminé de digresser à coups de « t’as vu je maîtrise trop bien les termes mathématiques », fais-moi signe parce que là tu es juste ridicule.

  9. @Galuel
    En effet, si tu en viens à des arguments du style « ce n’est pas moi qui ai tort, c’est la réalité qui se trompe », c’est que tu t’es tellement convaincu d’avoir raison que le débat est mort et enterré. Continue de te vautrer dans tes certitudes, on verra bien où ça te mènera.
    Si un jour il te prend la folle idée de venir faire un tour dans le monde réel, on pourra peut-être avoir une discussion constructive.

  10. nos amis les E.T doivent bien se marrer de tout ces commentaires ne nous empêcher pas de rêver .
    observer le ciel plus d une minute et vous constaterez que tout cela grouille de vie

  11. Bonsoir,
    Mon opinion est que tant que Patrice Pooyard ne se transforme pas en Luc Besson les prochains reportages peuvent être intéressants. Mais Jacques Grimault a déjà lancé un appel à l’intention de ce dernier, preuve que le duo JG-PP ne tiendra peut être pas jusqu’au bout des cinq opus à venir.
    Pour l’instant je cautionne le reportage LRDP et la conférence donnée à Caen par Patrice Pooyard dans le cadre Gizezh-2005 Tour.
    Par ailleurs, les dérapages successifs de Monsieur Grimault lui permettent de rallier un jeune public immature qui risque d’être profondément déçu au bout du compte.
    A chaque génération ses Ummos et la brosse a dent de Jean-Pierre Adam a quant à elle survécu. Restons sereins, le ridicule n’a jamais tué qui que ce soit et en a forgé plus d’un.
    Cordialement

    • Bonsoir Thierry
      « Jacques Grimault a déjà lancé un appel à l’intention de ce dernier, preuve que le duo JG-PP ne tiendra peut être pas jusqu’au bout des cinq opus à venir. »
      Tu peux nous en dire davantage ? Je n’ai pas trop compris de quoi il s’agit.

  12. Lors d’une de ses interviews, chez Bob je pense, j’ai souvenir que Jacques Grimault a commenté le travail de Luc Besson, en référence à son film Lucy et son apport à la sensibilisation du grand public à des thèmes qui lui sont chers.
    Il a donc lancé à l’antenne à l’intention de ce réalisateur et dans la tourmente de ses déboires juridiques, l’accord inconditionnel de lui confier la réalisation de ses prochains opus si ce dernier se manifestait à lui et de ce fait à dieu vat Patrice Pooyard et son engagement personnel.
    Je n’ai pas conservé ces entretiens chez Bob, si quelqu’un peut confirmer … Cependant il suffit de visionner la conférence donnée par Patrice à Caen avec celles de Jacques pour comprendre que l’un va beaucoup plus loin que l’autre est prêt à l’envisager et Jacques Grimault n’a eu de cesse de répéter que le premier opus était l’oeuvre de Patrice et non la sienne.
    Jusqu’où ira la damnation de Faust ?
    Cordialement

  13. Bonjour et Ô mon Dieu (oui, je suis croyant à mes heures…) !

    J’ai hésité, je l’avoue, à laisser un commentaire ici.
    Mais, j’ai lu. Vos articles, d’abord. Votre débat dans les commentaires à propos de l’énergie libre. J’ai ri. J’ai pleuré. J’ai évité de crier (les voisins me reprochent assez souvent d’être bruyants comme çà, alors à cette heure-ci, je n’allais pas leur donner, une fois de plus, raison !). J’ai souffert avec vous. On peut dire que si ce débat est comique, il est aussi douloureux. C’est un dialogue de sourd (il n’y a qu’un seul sourd, donc, c’fait exprès de l’avoir écrit sans s, petits chenapans !). Enfin, un monologue de sourd, plutevôt…
    J’ai échaffaudé plusieurs hypothèses pour essayer de le comprendre :

    – Hypothèse n°1 : Galuel est Grimault lui-même, venu, avec son talent habituel pour la controverse sans objet, vous discréditer (sans y parvenir) ?

    Mais – même de ma part – cette hypothèse est, d’une part trop échevelée, aucun indice (à part la similitude des techniques rhétoriques et de l’attitude de mauvaise foi) ne permettant d’étayer cette idée, d’autre part trop paranoïaque et naïve pour être raisonnable.

    – Hypothèse n°2 : Galuel est un naïf illuminé qui croit à sa propre version fantasmée de la science (fiction) comme à une réalité intrinsèque. Il ne souhaite pas être désillusionné, il veut croire aux licornes et à l’énergie libre et écologique, et en plus, il a mal compris ce qu’on entend généralement – en pseudo-physique – par *énergie libre*.

    Plusieurs indices tendent à le montrer dans la conversation (enfin, ce qui tient lieu de conversation), parce qu’il donne des définitions très personnelles (et sibyllines autant que déconcertantes) de concepts qui ont une définition consensuelle précise qu’il s’obstine pourtant à ignorer
    (je précise ici que je ne suis pas moi-même physicien, je suis dans les sciences sociales, et je ne connais de la physique que ce que je peux en lire dans les livres ou les revues de vulgarisation, mais que je trouve bien passionnants, et que, cependant, je suis au courant depuis quelques temps déjà de ce qu’on entend par *énergie libre*),
    qu’il veut croire en la magie (on a plus d’énergie à l’arrivée qu’au départ, donc de l’énergie surnuméraire est apparue par génération spontanée au cours d’un processus inconnu – ah, non, pardon, là je m’égare, il a bien précisé que l’énergie venait de quelque part, sauf qu’on ne savait pas d’où…),
    qu’il a mal compris ce dont vous parliez et qui remet en cause ses croyances sur la science,
    (je sais ce que c’est, je suis croyant moi aussi, et malgré toute l’honnêteté et l’ouverture d’esprit que je tente d’exercer, force m’est de reconnaître que forcément, c’est difficile à supporter les propos qui remettent en cause mes croyances – ne croyez pas que je dise cela pour caricaturer, je le dis vraiment parce qu’en tant que chrétien, j’expérimente la chose assez souvent, que ce soit sur Internet ou IRL),
    et – dernier élément – qu’il n’aime pas avoir tort, alors il mélange économie monétariste et thermodynamique, afin de sauver la face en essayant ainsi de renverser la charge de la preuve et de prétendre que c’est l’autre qui a tort de lui donner tort parce qu’en fait il n’a pas compris ce qu’il disait.

    Mais, tout compte fait, cette attitude est poussée à un tel paroxysme du grotesque qu’il est peu plausible que Galuel ne soit qu’un honnête naïf.
    J’ai alors pensé à une…

    – Hypothèse n°3 : Galuel est un Troll tout-à-fait conscient de ses acte qui cherche juste à vous faire tourner en bourrique pour le plaisir. C’est une hypothèse séduisante, parce qu’elle explique pourquoi, alors que vous lui avez expliqué peut-être une vingtaine de fois que ce qu’il disait n’avait aucune espèce de sens, il persistait à maintenir ses propos contre vents et marées (je dois reconnaître que c’est un super bon navigateur pour se maintenir comme çà contre le vent).

    Mais le problème, c’est que là, je fais un procès d’intention très peu charitable.

    Pour finir, j’en suis revenu à mon Hypothèse n°2.

    Pourquoi vous dis-je tout cela ?
    Et pourquoi intervenir maintenant, c’est-à-dire plus de deux mois après le débat ?

    Parce qu’il m’est apparu que celui-ci était assez tordu pour vous faire perdre foi en l’humanité. De vous dire qu’il existe des personnes tellement entêtées, tellement persuadées d’avoir raison, tellement obtuses et tellement convaincues et déterminées à imposer leurs vues qu’elles n’écoutent ni ne comprennent ce que leur dit autrui, qui puissent être représentatives de l’humanité, serait assez déprimant, voire carrément désespérant.

    Non ! Je vous rassure ! Ce que vous disiez était clair ! Net ! Limpide ! Compréhensible ! Pédagogiquement et Intéressamment (çà existe ce mot ? Bon, tant pis…) exposé ! Cohérent ! Précis !
    Je vous rassure : moi, qui ne suis pas physicien, j’ai compris !
    (certes, j’ai un bagage culturel dû à des études longues et à mes lectures qui permettent de comprendre ce que vous disiez, de le mettre en relation avec ce que j’avais déjà appris par ailleurs, et donc, peut-être avais-je des facilités à comprendre de quoi vous parliez, mais, tout de même, de mon regard extérieur, c’était quand même suffisamment bien expliqué pour qu’on comprenne.)

    Oui, le débat étant passé de deux mois, vous avez dû vous en remettre, et même être passé à autre chose depuis longtemps.
    Mais j’ai lu. Du début à la fin. J’ai ri. J’ai pleuré. J’ai souffert. J’ai ri à nouveau. Et c’est pourquoi, malgré tout, je vous dit :

    Vous n’êtes pas en cause ! Car vos explications étaient claires et agréables à lire, bien construites, et prodiguées avec une patience que j’admire.

    Peut-être, compte tenu des élucubrations que je tiens à propos de Galuel – et qui ne sont pas franchement gentilles pour lui – renoncerez-vous à publier mon commentaire. Peut-être aussi refuserez-vous de le publier parce que vous n’avez pas envie de remonter des discussions douloureuses, que vous préférez les laisser sombrer dans l’oubli.

    Peu importe, car c’est avant tout à vous que je m’adresse, et j’espère que vous aurez lu ce que je voulais vous dire pour conclure :
    Merci et bravo !
    Pour votre patience.
    Pour votre clarté.
    Pour vos explications.
    Pour votre didactisme.

  14. D’un côté on a deux gars qui affirment des choses à travers un film que je considère être un documentaire. Que les sources d’information de ce documentaire soient fautives, c’est possible.

    Cependant, qui est ce « web » qui se dit auteur de cette page?
    Le texte affirme que JG et PP sont des charlatants… Il aurait été bien que, plutôt que d’affirmer, web se soit dépensé à démontrer ses dires.

    Il serait for louable de prouver, dans les faits, qu’une théorie est vraie ou fausse. Cela sonnerait la fin des débats. Toute autre activité face à une théorie, quelle qu’elle soit, n’est pas digne de mention tant que l’affirmation ou l’infirmation n’est pas démontrée.

    Je ne suis pas intéressé par ce que les gens croient… Sauf si mon but est de les manipuler… Et je n’ai jamais eu un tel but!
    Seul les faits comptent!

    Comme pour tout bon enquêteur, il faut trouver qui peut tirer le plus de profit de la situation pour arriver à qualifier la qualité des affirmations fusant de part et d’autre.

    Je considère que les dogmes établis ont le plus à perdre face aux affirmation de JG et PP que quiconque. Je m’attends donc à une attaque en règle contre JG et PP de la part des scientifiques patentés de l’état…
    Tient! Tient! C’est ce qui se produit!

  15. Pour être clair dès le départ, je ne suis pas un fervent gobeur des différentes hypothèses de JG cependant certains faits, même quelque peu déformés, restent intriguant.

    En ce qui concerne la valeur de la base du pyramidion 158cm au lieu de 157, j’ai réalisé des recherches concernant les mathématiques et leur création au cours du temps. Il s’est avéré que cette valeur de 158cm soit en relation avec le nombre π, en effet un des plus anciens manuscrits de mathématique relatant les connaissances arithmétiques et géométrique est issu d’un papyrus, le papyrus de Rhind, qui montre une première approche du nombre π avec une valeur 3,160. (Pouvant donc être 2×1.58). Ce papyrus date de -1640 av JC.

    Soyons clair je ne défends pas cette thèse hypothétique de la connaissance absolue de φ et/ou π lors de la création des pyramide.
    Cependant il serait complétement absurde de ne pas prendre en compte le fait que la création d’un tel édifice n’ait pu être réalisée sans calculs mathématique relativement avancé ou de plans détaillés.

    Il est aussi de fait que la perfection n’existe pas (et cela même de nos jours).
    Il est cependant assez curieux de remarquer la précision d’une construction aussi massive et cela malgré l’existence de bloc imparfait dans la construction de la pyramide.
    Certaines études scientifiques ne sont pas non plus révéler quant à la comparaison de la composition chimique des blocs « calcaire » ayant servi dans la grande majorité à réaliser la pyramide et celle des carrières dont elles ont été extraites. Là encore les faits montrent une grosse différence dans la nature chimique des blocs analysés. Je vous invite à vous renseigner par vous-même.

    Même si selon le contre argumentaire de cette page web, l’assemblage grossier soit capable de résister à des séismes de grande magnitude. Si seul les blocs en façade étaient imbriqués parfaitement, ce genre de construction ne pourrait pas y résister.

    Dans ce contre argumentaire, il est aussi dit que d’autres civilisation existaient à cette époque et étaient capable de réalisation similaires. C’est vrai, il existait à cette époque l’émergence de l’empire babylonien (sumériens/mésopotamiens) aux environs de -2000 av JC. avant cette période, la civilisation maya -2500 à -1500 av JC.
    Il est étrange de constater qu’à ces périodes, les connaissances mathématiques ont explosés dans ces civilisations (je vous invite à vous renseigner sur l’histoire des mathématiques) et cela quel que soit leur localisation mondiale. Ces peuples ont érigé des tumulus sous forme de pyramides.
    Comme un nombre incalculable de fois, j’ai pu lire que ceci est dû à un total hasard des choses (évolution et darwinisme) que des types de civilisations différentes ait été amenée à ériger ce type d’édifice (avec les mêmes caractéristiques architecturales) dans des dates relativement proches et que celles-ci aient connu un essor de connaissance mathématique et astrologique non négligeable en même temps et cela malgré des milliers de kilomètre les séparant (je parle évidement des mayas). Soit il y a eu un facteur commun à l’émergence de ces civilisations. Ces deux hypothèses semblent peu probables mais il semble certain qu’une des deux est vraie. Mais le nombre de coïncidences devient réellement gênant.

    Pour finir je le répéterai à nouveau, je ne corrobore pas les thèses émises par JG cependant certains faits sont bel et bien présent pour nous poser des questions.

  16. Bonjour WEB,
    Je regrette un tant soit peu ton jugement devenu trop partial.
    M. JG:
    « Le soleil fait augmenter de volume la masse de la grande pyramide à cause de la chaleur. »
    Ta réponse tranchante:
    Non, la masse ne change pas.

    C’est pourtant une parfaite définition de la dilatation dûe à la chaleur: l’augmentation du volume pour une masse constante.

    Ta réaction me fait donc penser à un retour de baton: un trop vif enthousiasme contre balancé par un un excès de critiques.

    L’intelligence humaine ne date pas de notre ère moderne, tout comme la crédulité.
    Qu’un petit nombre de personnes ait théorisé d’un point de vue mathématique les mouvements célestes en rapport avec la Terre de par un lointain passé me semble plus que propable de par un contexte plus proche de la nature que celui de notre modernité.
    Qu’ils en aient tiré un certain profit de par la crédulité de leurs contemporains va de paire.

    L’histoire des mathématiques n’est donc très certainement pas aussi linéaire que l’on veuille nous faire croire et c’est avec humilité que je préfère envisager les témoignages laissés par ce lointain passé que l’on ne fait qu’effleurer en quelques heures durant notre enseignement en premier cycle.

    Pour moi le plus grand crime vis à vis de l’humanité est de faire disparaître cet héritage et non pas de théoriser sur celui-ci, même par excès.

    • sa phrase est boiteuse donc non ça n’est pas une définition parfaite. Mon interprétation est peut être pas celle qu’il entendait, mais à lui de s’exprimer correctement alors.
      Au fond c’est un détail ce point précis. Avec le ramassis de conneries qui l’accompagne et tout le reste, y’a franchement pas besoin de pinailler.

      « Qu’ils en aient tiré un certain profit de par la crédulité de leurs contemporains va de paire. »

      haha ça c’est une belle définition de Grimault !

    • J’ai entendu ça.
      ça me surprend même pas en fait, c’était qu’une question de temps.
      Grimault est asocial au point de s’embrouiller avec ceux qui permettraient à son business de charlatant de fonctionner.

  17. Sûr, le B2B ne fait pas partie de sa philosophie 🙂
    J’attends tout de même un bon reportage avec PP, et cela a du bon, voir des sites que je n’aurai pas la possibilité de visiter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *